Colloque international « Modes et enjeux de la narration dans le monde persanophone », les 27 et 28 juin

Du pouvoir salvateur des contes de Schéhérazade au mordant des récits de Hedayat et de Golshiri ; de l’épopée mythique de Ferdowsi aux romances médiévales en vers et en prose ; des anecdotes édifiantes de Sa‘adi à l’humour illustré de Marjane Satrapi ou au cinéma de Kiarostami et de Farhadi : autant de récits qui ont fasciné et continuent de fasciner le public persanophone aussi bien qu’étranger, en offrant un accès privilégié au monde dont ils sont issus, à ses croyances, à sa culture et sa pensée.
Scène de mariage perse du 14ème siècle : un homme tient sa femme dans ses bras devant quatre témoins
Folio d’un ms. du Kitāb-i Samak-i ʻAyyār de Ibn Abī al-Qāsim Shīrāzī, Ṣadaqah, Shiraz, Iran, ca. 1330. “Marriage of Farrukhruz to Gulbuy, Shirwanbashan, Giti Numay, and Jakalmah”
© Bodleian Library, Oxford, MS. Ouseley 381, f 140a.

L'équipe de recherche Monde indien et iranien (MII-Cnrs-Ehess-Sorbonne Nouvelle, Inalco) organise, en partenariat avec le Centre d'histoire "Espaces et Cultures" (CHEC-Université Clermont Auvergne) et le département Near Eastern Languages and Civilizations (NELC-Harvard University), un colloque international intitulé « Il y avait quelqu’un, il n’y avait personne » : Modes et enjeux de la narration dans le monde persanophone.

Jeudi 27 et vendredi 28 juin 2019 de 09.00 à 19.00 à l'auditorium
Inalco - Pôle Langues et Civilisations - 65 rue des Grands Moulins - 75013 Paris

Comité d’organisation
Amr Ahmed, Maître de conférences en langue et littérature kurdes sorani, Inalco, "Mondes iranien et indien" (FRE2018, CNRS-Sorbonne Nouvelle-Inalco-EPHE)
Julie Duvigneau, Maître de conférences en langue et littérature persanes, Inalco, "Mondes iranien et indien" (FRE2018, CNRS-Sorbonne Nouvelle-Inalco-EPHE)
Yassaman Khajehi, Maître de conférences en Études Théâtrales, Université Clermont Auvergne, Centre d’Histoire "Espaces et Cultures" (CHEC)
Justine Landau, Assistant Professor of Near Eastern Languages and Civilizations, Harvard University

 

« Il y avait quelqu’un, il n’y avait personne » : Modes et enjeux de la narration dans le monde persanophone

Colloque dédié à la mémoire de Marina Gaillard ( -2015), spécialiste de littérature persane classique, enseignante à l’Inalco et membre de l’équipe CNRS « Mondes iranien et indien ».

Du pouvoir salvateur des contes de Schéhérazade au mordant des récits de Hedayat et de Golshiri ; de l’épopée mythique de Ferdowsi aux romances médiévales en vers et en prose ; des anecdotes édifiantes de Sa‘adi à l’humour illustré de Marjane Satrapi ou au cinéma de Kiarostami et de Farhadi : autant de récits qui ont fasciné et continuent de fasciner le public persanophone aussi bien qu’étranger, en offrant un accès privilégié au monde dont ils sont issus, à ses croyances, à sa culture et sa pensée.

Y aurait-il donc un mode spécifique du récit « à la persane » ? Un rapport particulier à l’auditoire ? Une façon de raconter, héritage de pratiques ancestrales, qui aurait perduré à l’époque moderne ? Se pourrait-il que ces récits, dans leurs formes et dans leurs visées, voire dans leurs publics, se soient développés sinon indépendamment, du moins parallèlement aux formes connues du monde occidental ? L’attrait persistant qu’exerce, à ce jour, la narration persane sur un vaste auditoire, mérite que l’on s’attarde sur ces questions. »
 

“There was one, there wasn’t one:” Modalities and challenges of the narrative in the Persianate world

This conference is dedicated to the memory of our dear friend and colleague Dr. Marina Gaillard, a specialist of classical Persian literature, member of the “Mondes iranien et indien” CNRS research team and associate faculty member at Inalco, passed away prematurely in 2015.

From the lifesaving powers of Shahrazad’s stories to the satirical tales of Hedayat and Golshiri; from Ferdowsi’s mythical epic to the medieval romance in prose and verse; from Sa‘adi’s edifying anecdotes to Marjane Satrapi’s critical comics and to the cinema of Kiarostami and Farhadi – so many narratives have fascinated and continue to fascinate, well beyond the Persian-speaking audience while granting special access to the world in which they were produced, with its beliefs, its culture and ideas.

From this observation, it may be tempting to infer the existence of a narrative mode specific to the Persophone world. Could it be founded on a special relationship to the audience? Is it a unique way of recounting, handed down from times immemorial and living on to this day? Or is it rather that these narratives developed independently, in their form and aims, or in their relation to the community as an alternative to the narrative forms known to the Western world? The enduring appeal of the Persian narrative certainly deserves closer scholarly attention.

Contacts :
Julie Duvigneau (Inalco)
Amr Ahmed (Inalco)
Yassaman Khajehi (Université Clermont Auvergne)
Justine Landau (Harvard)

 
Logos des institutions organisatrices du colloque

Mots-clés : 

Langue(s)

Région(s) du monde

Europe et Eurasie