Décès de Wanee Pooput, enseignante de siamois de 1961 à 2004

Portrait de Wanee Pooput, enseignante de thaï de 1961 à 2004
Le président de l’Inalco, auquel s’associent les enseignants de siamois ont la tristesse de vous faire part du décès de Mme Wanee Pooput (อาจารย์วณี พู่พุฒ) ancienne maître de conférences de siamois à l’Inalco, survenu le 31 décembre 2020, dans son pays d’adoption, à Vanves.

Des générations d’étudiants, à qui elle donnait à chacun un prénom thaï en se basant sur la phonétique de leurs prénoms, lui sont extrêmement reconnaissants de son enseignement et garderont le souvenir d’une femme pétrie de philosophie et de pratique bouddhiques, d’une très grande douceur et de son sourire empreint d’une infinie bienveillance. Elle leur a enseigné avec rigueur non seulement les principes de la langue, mais également les fondamentaux de la culture. Tout en leur montrant les aspects de cette culture elle était très consciente de l’évolution de la société et tenait à ce que ses étudiants soient conscients de la réalité de son pays qui a su conserver harmonieusement sa culture tout en évoluant dans la modernité.

Née le 11 janvier 1937 à Bangkok, Wanee Pooput, licenciée ès-lettres de l’université Chulalongkorn de Bangkok en 1957, vint en France en 1960 où après avoir obtenu en 1962 un DREA (Diplôme de recherches et d’études appliquées) en siamois, puis après avoir soutenu une première thèse de doctorat en 1968 à l’université de Paris I, intitulée « le Siam en face des puissances “occidentales”, 1904-1914 », elle fut chargée de cours de siamois (thaï) dès 1961 et ensuite répétitrice de 1967 à 1973 à l’École nationale des langues orientales vivantes (ancien nom de l’Inalco), travaillant avec Mme Jacqueline de Fels. De 1973 à 1986, elle y fut assistante de siamois. En 1983, elle devint docteur d’université et de 3e cycle de l’université de Paris III, après avoir soutenu une thèse intitulée « Littérature enfantine en Thaïlande : berceuses et comptines ». Elle obtint le statut de maître de conférence en 1986, année où M. Gilles Delouche qui fut l’étudiant de Mme Wanee Pooput, reprit la responsabilité de la section de siamois, suite au décès de Mme de Fels. Après avoir formé des générations d’étudiants elle prit sa retraite en 2004. Dans sa production scientifique, citons, entre autres, Le bodhisattva Mahosot l’intelligent. De l’intelligence et de la sagesse ou de la richesse que doit-on préférer ? avec Annick D’Hont à l’Harmattan en 2000, Légendes bouddhiques de Thaïlande. Le lièvre dans la lune en 2001 avec Annick D’Hont chez Grancher, Pratique du thaï avec Michèle Conjeaud à l’Asiathèque, vol. 1 (2010) et vol. 2 (2010), mais aussi la traduction en français publiée aux Éditions de l’Aube , avec Annick D’Hont, de Les Nobles, roman de Dokmaï Sot en 2008. Une de ses toutes dernières publications, en collaboration avec Annick D’Hont, est sa traduction et adaptation des Dix grandes vies antérieures de Bouddha, d’après la version du Thotsachat du moine Mahā Kim Hongdolarom , à l’Asiathèque en 2018, préfacé par Nalini Balbir et comportant un glossaire des mots pāli avec définition, ouvrage de 731 pages dont elle offrit personnellement un exemplaire à la princesse de Thaïlande Maha Chakri Sirindhorn lors du passage de cette dernière à l’Inalco les 20 et 21 novembre 2018, à l’occasion du colloque « Carrefours interculturels : connexion entre langue, culture, et éducation », organisé par le CERLOM en collaboration avec l’Association thaïlandaise des professeurs de français et l’université Thammasat.

La cérémonie funéraire aura lieu le 14 janvier de 10h30-11h30 dans l'acropole du cimetière du Père-Lachaise.
L'Inalco recrute
des personnels enseignants,
administratifs et techniques