Prix Shibusawa Claudel 2019

Portrait de Simon Ebersolt
© Julien Benhamou / Chancellerie des universités de Paris

Le 19 juin dernier, M. Simon Ebersolt s'est vu décerner le prix Shibusawa Claudel, prix franco-japonais à vocation culturelle et scientifique, pour sa thèse intitulée Contingence et communauté. Kuki Shûzô, philosophe japonais, soutenue en 2017 sous la direction d'Emmanuel Lozerand et Frédéric Fruteau de Laclos.

La cérémonie de remise du prix aura lieu en automne prochain.

Cette thèse a également été récompensée, en 2018, par plusieurs prix :
- le prix solennel Richelieu en lettres et sciences humaines (spécialisé en philosophie, sociologie, sciences de l’éducation et ethnologie) de la Chancellerie des universités de Paris.
- le prix Okamatsu Yoshihisa 2018 de la Société Française des Études Japonaises (SFEJ)
et a reçu une mention spéciale du jury pour le Prix Humanités du Prix de thèse PSL-SHS 2018.
 

​Le prix Shibusawa-Claudel

Le prix Shibusawa-Claudel a été créé en 1984 sur l'initiative de la Maison franco-japonaise (MFJ) à Tôkyô et du Mainichi Shimbun, soutenus par la fondation commémorative Eichii Shibusawa, à l'occasion du 60ème anniversaire de la Maison franco-japonaise. Il commémore la fondation de la MFJ par l'ambassadeur, poète et dramaturge français, Paul Claudel et l'entrepreneur et mécène japonais Eiichi Shibusawa.

Depuis 2008, il est co-organisé avec le quotidien Yomiuri et récompense des œuvres de haut niveau qui reflètent les recherches sur les cultures japonaises et françaises.

En primant chaque année en France, un livre ou un travail universitaire portant sur le Japon et, au Japon, un livre ou un travail universitaire portant sur la France, le prix Shibusawa-Claudel vise à encourager les échanges culturels et la compréhension réciproque entre les deux pays.

Mots-clés : 

Langue(s)

Région(s) du monde

Asie et Pacifique