XU-SONG Dan, professeure à l'Inalco, lauréate de l'appel ERC Advanced Grants 2019

Potrait de XU-SONG Dan
Le Conseil Européen de la Recherche (ERC) a publié le 31 mars 2020 la liste des lauréats de l’appel Advanced Grants 2019 destiné aux chercheurs confirmés, reconnus dans leur domaine, avec un financement individuel qui s’élève jusqu’à 2,5 M€ sur une période de 5 ans. L’agence européenne a attribué un financement à des scientifiques et des universitaires de 26 nationalités, hébergés dans 20 pays. La France est troisième du classement avec 21 lauréats hébergés.

Parmi eux, XU-SONG Dan, professeure à l’Inalco et spécialiste de linguistique chinoise, est lauréate pour son projet dans le domaine Sciences Humaines : Tracing language and population mixing in the Gansu-Qinghai area (TRAM).

Biographie

XU-SONG Dan a dirigé avec succès cinq projets dont un ACI français, deux ANR français, un projet IUF (Institut universitaire de France) et un du Ministère chinois de l'Education. Elle a été directrice du département Chine (2001-2004) à l’Inalco, membre élue au Conseil scientifique de l’Inalco (2007-2018) et membre Senior à l’Institut Universitaire de France (2009-2014). Ses recherches portent sur la syntaxe diachronique de la langue chinoise. Une de ses approches peu communes consiste à combiner la recherche comparative sur les textes transmis et les textes excavés afin de mieux comprendre l'évolution typologique de la langue chinoise. Au cours de plus de douze ans d'investigations sur le terrain dans le nord-ouest de la Chine, ses articles publiés comprennent différents sujets liés aux contacts linguistiques entre les langues Han (sinitiques) et les langues non-Han. Elle est l'auteur de six livres, co-auteur de deux livres et co-éditrice de huit livres. Elle a également rédigé plus de 70 articles écrits en trois langues (français, chinois et anglais) publiés dans des revues à comité de lecture.
 

Tracing language and population mixing in the Gansu-Qinghai area - TRAM

ERC-2019-ADG - 883700-TRAM - durée : 60 mois

Le projet ERC-2019-ADG, 883700-TRAM, s'inscrit dans la continuité du projet ANR-12-BSH2-0004-01-LANGECO "Existe-t-il une corrélation entre langues et gènes ? Etudes dans la zone Nord-Ouest en Chine" (2012-2016), coordonné par Dan Xu-Song (Inalco). Le projet étudiera le mélange et le remplacement de langues dans l’aire linguistique du Gansu-Qinghai en Chine, qui constitue géographiquement une démarcation naturelle entre nomades et agriculteurs. Dans cette zone de contact intense, les langues sinitiques (Han) ont commencé à adopter des moyens syntaxiques des langues non-Han, tandis que les populations nomades ont conservé leur syntaxe relativement intacte. Le degré de mélange des langues et des populations dans cette zone n'est pas clair, et des recherches approfondies sont nécessaires.
Le projet déterminera la situation linguistique dans ce corridor anthropologique en ciblant les langues nomades (le Yugur de l'Ouest, groupe turcique, et le Yugur de l'Est, groupe mongolique) et une variété de langues sinitiques (Linxia, Xiahe, Gangou et Wutun). L'analyse des processus de mélange et de remplacement des langues sera basée sur la modélisation de données quantifiées, dont une partie proviendra de l'anthropologie moléculaire. Cette approche interdisciplinaire offrira une vision globale de la mixité linguistique et démographique dans la région du Gansu-Qinghai.

Summary
Chinese history was co-constructed by Han (Chinese) people, transmitters of farming language and culture, and non-Han people, typically transmitters of nomadic language and culture in North and Northwest China. Governance by non-Han steppe rulers lasted for almost ten centuries (half of the history of imperial China since the First Emperor of Qin) and the Gansu-Qinghai area was the most important migration corridor between Central and East Asia. These languages and populations have competed, mixed and merged for ages. Surprisingly, a cross-linguistically comprehensive portrait of this region is missing in spite of individual language descriptions.
 
The present Project will study language mixture and language replacement patterns in the Gansu-Qinghai area, which geographically constitutes a natural demarcation between nomadic herders and farmers. In this intense contact area, home to nomadic languages and populations, Sinitic (Han) languages started to resemble non-Han languages, adopting similar syntactic means, while Yugur languages (Western Yugur belongs to Turkic language group and Eastern Yugur belongs to Mongolic language group), spoken by typical nomadic populations, kept their syntax relatively intact. The mixing degree of languages and populations in this area remains unclear, and in-depth research with an interdisciplinary approach is necessary.
 
The Project will determine the linguistic situation in this anthropological corridor by targeting two nomadic languages (Western and Eastern Yugur) and a variety of Sinitic languages. The analysis of language mixing and language replacement processes will be based on quantified data modeling, part of which will come from molecular anthropology and other fields such as history and archeology. This interdisciplinary approach will offer a global vision of language and population mixing in the Gansu-Qinghai area and a living sample of language preservation or loss due to different lifestyles and cultures.


Lire aussi : Combiner la linguistique et la génétique pour mieux comprendre l’évolution des langues - Itinéraires, la lettre de la recherche et de l'international - no 2 (Inalco)

Région(s) du monde

Asie et Pacifique