Colloque international : Populismes, médias et réseaux dans les pays de l'espace baltique Circulation des idées et des pratiques politiques

Le Centre de recherche Europes-Eurasie (CREE) de l’Inalco lance un appel à communications pour un colloque international intitulé : “Populismes, medias et réseaux dans les pays de l’espace baltique : Circulation des idées et pratiques politiques” qui se déroulera en juin 2020 à l’Inalco, Paris.
visuel par défaut
Date limite :
Lundi, 11 novembre, 2019
Equipe de recherche :

OBJECTIFS

Dans les pays de l’espace baltique comme ailleurs en Europe, les mouvements populistes d’extrême droite ont fait ces dernières années une percée significative. Leur popularité grandissante en Estonie, en Lettonie, en Finlande, en Suède, au Danemark, en Pologne est entre autres liée à des sentiments de frustration provoqués par certains phénomènes de la mondialisation comme les inégalités. Elle se manifeste par un rejet de l’Autre/l’Étranger,  par des replis identitaires et par une méfiance croissante d’une partie des populations de la région à l’égard des institutions et élites (nationales et européennes). Les réseaux sociaux ont contribué à conforter l’attraction de ces mouvements et à leur donner davantage de visibilité.

Ce colloque international a pour objectif de se pencher sur la manière dont les idées, valeurs ou pratiques politiques dites populistes circulent d’un pays à l’autre dans une région qui a comme particularité d’être un espace de coopérations, de contacts et d’échange d’influences. Il vise à stimuler et à confronter les recherches sur les coopérations régionales et les circulations transnationales des idées en s’intéressant aux aspects politiques et sociaux de la régionalisation de l’espace baltique. Il est en cela novateur : les travaux sur les circulations ont en effet jusqu’ici avant tout porté sur l’intégration économique, la coopération environnementale ou sur celle dans le domaine de la défense.

Ce colloque vise aussi à s’interroger sur la manière dont certains sujets tels que les migrations internationales, les droits des minorités (religieuses, ethniques ou sexuelles), les attitudes envers l’Europe ou la Russie sont traités par les médias et par les mouvements populistes dans les pays de cette région. Dans une approche qui se veut transversale et comparative, il questionnera les similitudes et les différences de traitement de ces thématiques qu’il s’agisse du parti populiste des Vrais Finlandais, des Démocrates de Suède, du parti ultraconservateur estonien EKRE ou du parti nationaliste et conservateur polonais Droit et Justice (PiS).

Peut-on parler de circulation des représentations, perceptions et images dans cet espace entre partis conservateurs, nationalistes et d’extrême droite ? Comment le contexte de la crise des refugiés et le terrorisme entraînent l’appropriation d’idées d’extrême-droite par des partis conservateurs ? Certaines pratiques politiques ou idées populistes développées dans un pays de la Baltique sont-elles ensuite reprises ou servent-elles de « modèle » dans d’autres pays? En outre, l’existence de certains mouvements d’extrême droite, tels que Soldats d’Odin, Mouvement de résistance Nordique ou certaines alliances entre partis populistes de la région, nous permettent-ils de parler d’une coopération transrégionale des populistes des pays de la région Baltique ? Enfin la notion même de populisme pourrait être interrogée pour définir ces processus. En effet le populisme se comprend comme la prétention d’un parti politique de représenter le peuple contre un establishment considéré comme peu soucieux des citoyens ordinaires (Kriesi, 2014). Le populisme d’extrême droite serait la combinaison d’au moins trois caractéristiques, à savoir le nativisme, l’autoritarisme et populisme (Mudde 2007). Si le terme « populisme » est fréquemment utilisé, sa polysémie semble être une barrière à la compréhension fine des phénomènes politiques en cours (Mink, 2016) Ainsi, certains chercheurs ont préféré qualifier ces régimes de « néo-conservateurs » (Zalewski, 2016) en mettant l’accent sur la capacité à recycler et redéfinir les thématiques conservatrices et anti-communistes, sur la polarisation à droite des espaces publics ainsi que sur l’aspect contre-révolutionnaire de ces régimes et de mettre en avant la circulation d’idées néo-conservatrices entre les espaces occidentaux et l’Europe centrale. D’autres auteurs ont mobilisé le qualificatif autoritaire pour expliquer un exercice du pouvoir qui bouscule les pratiques parlementaires et des modifications législatives visant à assurer des victoires électorales (Mink, 2016). D’autres, rejetant le qualificatif « populiste » entendu comme un parti qui utiliserait une rhétorique sociale pour mettre en place une politique néolibérale, emploient le qualificatif néo-autoritaire (Gdula, 2018) pour étudier des régimes qui se caractériseraient à la fois par une politique sociale, une forte centralisation du pouvoir et par des attaques contre les institutions indépendantes. Enfin, pour B.Badie, n’étant ni une idéologie, ni une doctrine ni non plus un système politique, le populisme peut être compris davantage comme une situation ou un contexte politique conduisant à certaines pratiques politiques et en renvoyant généralement à une crise de confiance entre les gouvernés et leurs institutions (Badie).

THEMATIQUES

Le colloque s’articulera, dans une approche transversale et pluridisciplinaire, autour des thématiques suivantes portant sur les pays de l’espace baltique :
1.     Réseaux, mouvements et alliances populistes 
Coopération transrégionale entre mouvements populistes, réseaux d’extrême droite, alliances avec d’autres réseaux populistes européens, américains…
2.     Réseaux sociaux et médias 
Recours à des médias alternatifs par les mouvements populistes, utilisation des tactiques de communication et choix des images diffusées. L’espace utilisé par les médias traditionnels pour parler des populistes de leurs idées/programmes Peut-on constater une évolution ?
3.     Sociologie, programmes politiques et historique des mouvements populistes et d’extrême droite 
Tactiques et pratiques politiques ; Discours des acteurs ; Origine et évolution des mouvements populistes ; Idées et idéologie; Positionnement sur l’échiquier politique. 
4.     Attitudes et politiques des partis populistes à l’égard du monde extérieur
Perceptions et représentation de la Russie ; liens noués avec la Russie ; Perception et attitude envers les crises (géorgienne de 2008, ukrainienne 2013-2014) dans l’Est de l’Europe ; Perceptions et attitudes vis-à-vis des puissances extra-européennes (Chine et les Nouvelles Routes de la Soie, Etats-Unis de Trump, Brésil de Bolsonaro…)
5.     Politiques européennes
Regards envers les politiques européennes ; Discours, usages et pratiques de l’Union européenne ; évolution des groupes/partis populistes et souverainistes au sein du Parlement européen ; discours et usages du Brexit dans les arènes communautaire et nationale.

CONCLUSION :

Ce colloque a pour objectif, à travers le cas des mouvements populistes, d’analyser la circulation transrégionale d’idées et de pratiques politiques comme éléments permettant de repenser la régionalisation de l’espace baltique.

Cette recherche, par définition transversale, conduira à croiser des approches des spécialistes des différents pays d’Espace baltique en sciences politiques, communication et média, sociologie, histoire et géographie pour travailler sur les aspects politiques et sociaux de la circulation, diffusion et partage des idées populistes. L’idée est en outre d’analyser la coopération transnationale entre différents réseaux et mouvements populistes des pays de cette région entre eux.

Langue de travail : français et anglais 

MODALITES : 

Les propositions de communication seront faites en français ou en anglais, elles ne doivent pas dépasser 300 mots et doivent être accompagnées d’un CV de l’intervenant comprenant une petite liste des principales publications (une page).

CALENDRIER :

  • Date limite d’envoi des propositions de communication : 11 novembre 2019
  • Sélection des propositions : 31 janvier 2020
  • Date limite d’envoi des communications : 29 mai 2020
  • Date et lieu du colloque : 12 juin 2020
Les propositions doivent être envoyées à : Katerina.kesa@inalco.fr et amelie.zima@sciencespo.fr

Une publication est envisagée à la suite du colloque sous forme d’ouvrage collectif ou d’un numéro de revue.

COMITE SCIENTIFIQUE : 

Yohann AUCANTE (Ehess – CESPRA) ; Andres KASEKAMP (University of Toronto) ; Katerina KESA (Inalco-CREE); Eric LE BOURHIS (Inalco-CREE); Jacques RUPNIK (CERI-Sciences po); Anne DE TINGUY (Inalco et CERI-Sciences po); Amélie ZIMA (CERCEC)

ENGLISH : Call for papers

Populisms, medias and networks in the countries of the Baltic Sea Region Circulation of ideas and political practices

International symposium

INALCO, Research Center Europe-Eurasia (CREE)

Paris, June 12th, 2020

Organisation committee :

Yohann AUCANTE (CESPRA-EHESS) Katerina KESA (INALCO-CREE) Jacques RUPNIK (CERI-Sciences Po) Amélie ZIMA (CERCEC-IRSEM)

OBJECTIVES

In the countries of the Baltic Sea region, like elsewhere in Europe, the far-right populist movements have made an important breakthrough these last years. Their growing popularity in Estonia, Finland, Sweden, Denmark or Poland can be explained, amongst other factors, by globalisation and growing inequalities. Those movements are characterized by the rejection of the Other/Foreigner, by nationalistic tendencies (replis identitaires) and by a growing distrust of some segments of the population towards national and European institutions and elites. Social networks have contributed to strengthening the attraction of these movements by giving them more visibility.

This international symposium aims to analyse how populist ideas, values or political practices circulate from one country to another in a region which has the particularity of being a space of cooperation and contacts. It aims to stimulate and to confront different research on the regional cooperation and transnational circulations of ideas taking an interest in the political and social aspects of regionalisation of the Baltic space. It is innovative because most of the research about circulation in this region has been mostly about economic integration, environmental and defence cooperation.

Moreover, the objective of this symposium is to question the way some issues such as international migration, minority rights (religious, ethnic, sexual), and attitudes towards Europe or Russia are treated by the medias and by populist movements in the countries of this region.

Drawing on a transversal and comparative approach, the symposium aims to question the similarities and differences of treatment of these issues by the far-right and populist movements of this region as populist Finnish party True Finns, the Swedish Democrats, the far-right Estonian party EKRE or the nationalist and conservative Polish party Law and Justic (PiS). It also plans to question to what extent it is relevant to talk about circulation of representations, perceptions and images between conservative, nationalistic and far right parties? How does the context of the refugee crisis and terrorism result in appropriation of extreme right ideas by conservative parties? Do some political practices or populist ideas, which have been formed in the Baltic region, serve as a “model” in other countries or are they readapted to fit domestic context and issues? Furthermore, does the existence of some far right movements, such as Soldiers of Odin, Nordic Resistance Movement or alliances between populist parties of this region, allow us to talk about transregional cooperation of populist and extreme right movements of the countries of the Baltic Sea region?

Finally, the very notion of populism could be questioned to define these processes. Indeed, populism is understood as the claim of a political party to represent the people against the elite onsidered as little concerned by the fate of ordinary citizens (Kriesi, 2014). Far-right populism is the combination of at least three characteristics, namely nativism, authoritarianism and populism (Mudde 2007). If the term "populism" is frequently used, its polysemy seems to be a barrier to a detailed understanding of current political phenomena (Mink, 2016). Thus, some researchers have preferred to describe these regimes as "neoconservatives" (Zalewski, 2016) focusing on their ability to recycle and redefine conservative and anti-communist themes, the rightward polarization of public spaces and the counterrevolutionary ideology of these regimes as well as the circulation of neo-conservative ideas between Western and Central Europe. Other authors have analyzed those regimes as authoritative to explain the exercise of power, which subverts and by-passes the parliamentary practices and implements legislative changes to ensure electoral victories (Mink, 2016). Others, rejecting the term "populist", understood as a party that uses social rhetoric to implement a neoliberal policy, describe them as the neo-authoritarian typified by social policies, a strong centralization of power and attacks on independent institutions (Gdula, 2018). Finally, for B.Badie, populism is neither an ideology nor a doctrine or a political system, but a situation or a political context leading to certain political practices and generally referring to a crisis of trust between the governed and their institutions (Badie).

THEMES

The symposium will be based on a transversal and multidisciplinary approach structured round the following themes concerning the countries of the Baltic area :
1. Populist networks, movements and alliances
Trans-regional cooperation between populist movements, far-right networks, alliances with American and European populist networks…
2. Social media and informational strategies
Use of alternative media by populist movements, use, evolution and tactics of, communication. Perceptions by traditional medias of the populist ideas and programs.
3. Sociology, political platforms and history of populist and far-right movements
Tactics and political practices; Speech of the actors; Origin and evolution of populist movements; Ideas and ideology; Positioning on the political chessboard.
4. Perceptions and political positioning of the populist parties in foreign affairs
Perceptions and representation of Russia; links with Russia; perception and attitude towards crises in Eastern Europe (Georgian 2008, Ukrainian 2013-2014); Perceptions and attitudes towards the extra-European powers (China and the New Silk Roads, United States of Trump, Brazil of Bolsonaro ...).
5. European policies
Speeches, uses and practices of the European Union; evolution of populist and sovereignist groups / parties in the European Parliament; Brexit discourses and uses in the European and national arenas.

Through the case of the populist movements, this symposium aims to analyse the transregional circulation of ideas and political practices as elements allowing to rethink the regionalisation of the Baltic Space.
This research, transversal by definition, leads to cross approaches of specialists of different countries of the Baltic region in political science, communication and media, sociology, history and geography in order to study different political and social aspects of circulation, diffusion and sharing of populist ideas. Moreover, the idea is to analyse the transnational cooperation between different networks and populist movements of the countries of this region between themselves.

CALENDAR :

  • Deadline for abstract submission (maximum 300 words, short CV and major publications), in French or English : November 11th, 2019.
  • Notification of acceptance: January 31th, 2020.
  • Deadline for sending texts: May 29th, 2020.
  • Date and venue of the congress: June 12th 2020, Paris.
The paper proposals should be sent to: Katerina.kesa@inalco.fr and amelie.zima@sciencespo.fr

A publication may be envisaged after the symposium either in the form of a collective book or of a special issue of a journal.

SCIENTIFIC COMMITTEE :

Yohann AUCANTE (Ehess – CESPRA) ; Andres KASEKAMP (University of Toronto) ; Katerina KESA (Inalco-CREE); Eric LE BOURHIS (Inalco-CREE); Jacques RUPNIK (CERI-Sciences po); Anne DE TINGUY (Inalco et CERI-Sciences po); Amélie ZIMA (CERCEC)