Formes, expressions et recompositions des solidarités dans l’Autriche-Hongrie en guerre

visuel par défaut
Date limite :
Vendredi, 10 mars, 2017
Equipe de recherche :

Appel à contributions 

Paris, 1er et 2 juin 2017.
Université Paris-I Sorbonne, Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco).

Ce colloque est le second du cycle « Écrire en guerre, écrire la guerre. Soldats et civils d’Autriche-Hongrie dans la Grande Guerre » dont le premier volet, consacré à l’entrée en guerre, a eu lieu à Paris en octobre 2016.

Le cycle a pour objectif de travailler à partir des sources non-gouvernementales  et privées sur l’écriture contemporaine du conflit. Le présent colloque s’interrogera sur les diverses formes de solidarité qui sont organisées en Autriche-Hongrie dès le déclenchement du conflit et sur leur évolution dans le cours de la guerre. Nous entendons ici aborder de manière transversale ces dynamiques, outils, échelles, interactions et effets. Trois sous-thématiques seront privilégiées : Les expressions du lien entre la population civile et les soldats (qu’ils soient au front ou à l’arrière) ; L’organisation des solidarités entre civils de l’arrière ; Le cas spécifique des réfugiés. L’échelle d’analyse choisie peut être locale, régionale, nationale ou s’interroger sur l’articulation des différents niveaux d’intervention.

Seront privilégiées les propositions qui s’inscrivent dans le temps long du conflit ; elles permettront de mieux identifier des dynamiques, de mesurer les permanences et les transformations des formes de solidarités qui s’expriment. Ces processus peuvent être observés aussi bien à partir des acteurs qui les organisent et les valorisent (associations, comités, syndicats, branches professionnelles, chambres de commerce et d’artisanat, etc.) ou des individus et groupes – civils comme militaires – qui en sont les bénéficiaires.

Quelles formes prennent ces mobilisations de la solidarité impériale et royale et comment évoluent-elles ? Comment s’articulent les différents niveaux d’intervention ? Existe-t-il des formes archétypales, des cas-limites ou atypiques ? Comment réfléchir aux considérations géographiques, socio-historiques ou nationales ? Il s’agit donc d’observer la diversité des formes de solidarité, la perception qu’en ont les acteurs comme les bénéficiaires, l’évolution de ses formes et ses limites. Par hypothèse, on s’interrogera sur les indices d’une fragilisation et d’une fragmentation de ces solidarités.  En d’autres termes, quels types d’effets produit l’usure provoquée par la durée de la guerre ? Quelles en sont les perceptions ? Comment de nouvelles formes de prise en charge émergent-elles dans la dernière partie du conflit ?  

Les frais de logement et de repas sont pris en charge par les organisateurs. L’organisation n’assure pas les frais de déplacement. Les propositions doivent être envoyées avant le 10 mars 2017 (réponse une semaine après cette date), elles doivent être d’une longueur comprise entre 300 et 500 mots (en anglais ou en français). Les présentations seront d’une durée de 20 minutes.

Les propositions doivent parvenir aux organisateurs pour l’Inalco et l’Université Paris-I Sorbonne :
Etienne Boisserie – etienne.boisserie@inalco.fr et Catherine Horel – horel.c@orange.fr
Région du monde :
Europe et Eurasie