Emmanuel LOZERAND

ロズラン・エマニュエル
Lozerand

Responsabilités

Directeur adjoint du Centre d'études japonaises (EA 1441)

Membre élu du conseil d’administration de l’Inalco, rang A (depuis 2015)
Président de la section disciplinaire compétente pour les usagers (2015)

Membre du comité de rédaction de la revue Cipango. Cahiers d’études japonaises (depuis 1995).
Membre du comité de rédaction de la revue Extrême-Orient Extrême-Occident (depuis 2011).

 
Emmanuel Lozerand, ancien élève de l’Ens de Saint-Cloud,  agrégé de Lettres modernes, professeur de langue et littérature japonaises, chercheur au Centre d'études japonaises. A fondé aux éditions Les Belles Lettres la Collection Japon qu'il codirige aujourd'hui avec Christian Galan. S'intéresse aux divers aspects du Japon "moderne", celui des ères Meiji et Taishô (langue, littérature, pensée, histoire), et en particulier à certains de ses grands auteurs (Fukuzawa Yukichi, Mori Ôgai, Natsume Sôseki, Masaoka Shiki). Travaille également sur la question de l'individu au Japon.

Publications

I/ Ouvrages

1) Les Tourments du nom. Essai sur les signatures d'Ôgai Mori Rintarô (Na no wazurai. Ôgai Mori Rintarô no shomei ni tsuite 名のわづらひ 鴎外森林太郎の署名について), Tôkyô, Maison franco-japonaise, 1994, 79 p.
2) Récits et chroniques historiques d'Ôgai Mori Rinrarô (1912-1921), thèse de doctorat, tapuscrit inédit, Inalco, 1995, 948 p.  (Prix Shibusawa-Claudel spécial 1996).
3) Littérature et génie national. Naissance de l’histoire littéraire dans le Japon de la fin du XIXe siècle, Collection Japon, Les Belles-Lettres, 2005, 347 p. (Prix Shibusawa-Claudel 2005). Traduction japonaise en cours chez Iwanami shoten.
 
II/ Direction d’ouvrage collectif

1) Dossier « Plaisir de lire », en collaboration avec Anne Bayard-Sakai, Cipango. Cahiers d'études japonaises, n°12, Publications Langues O’, Inalco, hiver 2005.
2) Le Japon après la guerre, Michael Lucken, Anne Bayard-Sakai et Emmanuel Lozerand (dir.), Philippe Picquier, 2007, 408 p.
2’) (traduction anglaise par J. A. A. Stockwin, sous le titre Japan’s Postwar, Nissan Institute, Routledge Japanese Studies Series, Routledge, London and New York, 2011, 299 p.)
3) Christian Galan et Emmanuel Lozerand (dir.), La Famille japonaise moderne (1868-1926). Discours et débats, Arles, Picquier, 2011, 670 p.
4) Emmanuel Lozerand (dir.), Drôles d’individus. De la singularité individuelle dans le Reste-du-Monde, Paris, Klincksieck, 2014, 572 p.
 
III/ Édition d’ouvrage

(en collaboration avec Christophe Marquet) Jean-Jacques Origas, La Lampe d’Akutagawa. Études sur la littérature du Japon moderne, Les Belles-Lettres, Paris, 2008.
2) (en collaboration avec Laurent Nespoulous), Le Japonais au xxe siècle : bilan et perspectives (douze contributions), Collection « A propos de », Ministère de l’Education nationale – DGESCO, 2009, 161 p.
 
IV/ Articles en japonais

1) « Hito to na. Ôgai no rekishi shôsetsu to shiden ni okeru jinmei ni tsuite » 人と名 鴎外の歴史小説と史伝における人名について (Des hommes et des noms. À propos des noms de personne dans les récits et chroniques historiques d'Ôgai), Kokusai Nihon bungaku kenkyû shûkai kaigi-roku (dai 16 kai)  国際日本文学研究集会会議録 (第 16 回) (Actes du 16e colloque international de littérature japonaise), Tôkyô, Kokubungaku kenkyû shiryô-kan 国文学研究資料館 (Institut national de littérature japonaise), 1993, p. 41-57.
2) « Shibue Chûsai no janru ni tsuite » 『渋江抽斎』のジャンルについて (Sur le genre de Shibue Chûsai), Bungaku 文学 (Littérature), Tôkyô, Iwanami shoten 岩波書店, automne 1993, p. 76-87.
3) « Mukudori phœnix kamome. Ôgai bungaku ni okeru zuihitsu no yûwaku » 椋鳥・ phenix ・かもめ 鴎外文学における随筆の誘惑 (Le sansonnet, le phénix et la mouette. La tentation de l'essai au fil du pinceau chez Ôgai), Waseda bungaku 早稲田文学 (Littérature de Waseda), juillet 1994, p. 90-112.
4) « Ôgai no rekishi shôsetsu ni okeru jikan no zure » 鴎外の歴史小説における時間のズレ (Les décalages temporels dans les récits historiques d’Ôgai), Bungaku 文学 (Littérature), VIII-3, n° spécial « Ôgai » (Ôgai tokushû 鴎外特集), Tôkyô, Iwanami shoten 岩波書店, été 1997, p. 22-28.
5) « Shibue Chûsai to Ushinawareta toki o motomete. “Daisan no keishiki” o megutte » 『渋江抽斎』と『失われた時を求めて』 「第三の形式」をめぐって (Shibue Chûsai et À la Recherche du temps perdu. Le “troisième genre”), in Kôza Mori Ôgai 3. Ôgai no chiteki kûkan 講座森鴎外 3 鴎外の知的空間 (Cours sur Mori Ôgai 3. L’espace intellectuel d’Ôgai), Hirakawa Sukehiro 平川祐弘, Hiraoka Toshio 平岡敏夫 et Takemori Ten.yû 竹盛天雄 (dir.), Tôkyô, Shin.yô-sha 新曜社, 1997, p. 276-289.
6) « Taikai no men, ikuta no genkai na mono, kawairashii sazanami. Ôgai no rekishi shôsetsu ni okeru chitsujo to konton » 大海の面、幾多の幻怪なもの、可哀らしい小々波・鴎外の歴史小説における秩序と混沌 (La surface de l’océan, quelques monstres, de charmantes petites vagues. Ordre et chaos dans les récits historiques d’Ôgai), Nihon kindai bungaku 日本近代文学 (Littérature japonaise moderne), n° 70, mai 2004, p. 148-157.
7) « Bungaku to kokuminsei. Jûkyûseiki Nihon ni okeru bungakushi no tanjô » 文学と国民性:19世紀日本における文学史の誕生 (Littérature et génie national. Naissance de l’histoire littéraire dans le Japon du xixe siècle), Nichifutsu bunka 日仏文化, no 73, 2006.
8) « Nihon no jinbun shakaigaku sho futsuyaku suru : naze ? dare no tame ni ? », 日本の人文社会学書を仏訳する なぜ ?誰のために ? (Traduire les sciences sociales japonaises en français : pour qui ? pourquoi ?) , tr. du japonais par Ono Ushio 小野潮訳, in Nishinaga Yoshinari西永良成, Niura Nobutaka三浦信孝et Cécile Sakai (dir.), Nichifutsu hon.yaku kôryu no kako to mirai. Kurubeki bungei kyôwakoku ni mukete日仏翻訳交流の過去と未来 来るべき文芸共和国に向けて (Passé et avenir des échanges de traduction littéraire entre la France et le Japon : vers la République des Lettres à venir), Taishûkan shoten大修館書店, 2014, p. 257-268.
 
 
V/ Articles en français, anglais, allemand

1) « Shibue Chûsai de Mori Ôgai. De l'érudition », Cipango. Cahiers d'études japonaises, n°1, Paris, Publications Langues O’, Inalco, janvier 1992, p. 90-110.
2) « De l'individu. Le prisme de la biographie », Cipango. Cahiers d'études japonaises, n°3, Paris, Publications Langues O’, Inalco, novembre 1994, p. 63-92.
3) « La chasse aux oiseaux. Remarques sur l'emploi d'un symbole dans l'œuvre d'Ôgai Mori Rintarô », in Japon pluriel. Actes du 1er colloque de la Société française des études japonaises, Patrick Beillevaire et Anne Gossot (dir.), Paris, Picquier, 1995, p. 415-423.
4) « Écrire le passé au début de l'ère Taishô. Littérature et histoire chez Ôgai Mori Rintarô (1862-1922) », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, no 83, Paris, Efeo, 1996, p. 117-123.
5) « Figures du je-narrateur dans les chroniques historiques d’Ôgai Mori Rintarô », in Tours et détours. Écritures autobiographiques dans les littératures japonaise et chinoise au xxe siècle, Chantal Andro, Annie Curien et Cécile Sakai (dir.), Paris, Publications universitaires Denis-Diderot, Paris 7, 1998, p. 15-33.
6) « La constitution d’une “littérature nationale” dans le Japon de 1890 », in La Nation en marche, Jean-Jacques Tschudin et Claude Hamon (dir.), Paris, Picquier, 1999, p. 123-141.
7) « “Littérature moderne” et “tradition” », in Japon Pluriel 3, Jean-Pierre Berthon et Anne Gossot (dir.), Paris, Picquier, 1999, p. 359-367.
8) « Regards sur le nom et la signature au Japon », Mots. Les langages du politique, n° 63 (« Noms propres »), juillet 2000, ENS Éditions, Lyon, p. 41-59.
9) « L’affirmation de la critique (1886-1889). Sohô, Hanpô, Ônishi, Ôgai », Cipango. Cahiers d'études japonaises, n° hors-série (Les mutations de la conscience japonaise moderne), Paris, Publications Langues O’, Inalco, printemps 2002.
9’) Traduction anglaise sous le titre « The rise of criticism (1886-1889) », Cipango - French Journal of Japanese Studies [Online], 2 | 2013, Online since 30 May 2013, connection on 22 January 2015. URL : http://cjs.revues.org/289 ; DOI : 10.4000/cjs.289
10) « Le papillon, la cloche et la poupée. Résonances politiques d’une chanson populaire », Cipango.  Cahiers d'études japonaises, n° 12, Publications Langues O’, Inalco, hiver 2005, p. 141-203.
11) « Le canari de Shigeeko. Masaoka Shiki, le réel, l’écriture », Japon Pluriel 6. Actes du sixième colloque de la Société française des études japonaises, Picquier, 2006, p. 127-139.
12) « Dans le temps, après la défaite. Sakaguchi Ango, Takeda Taijun et Takeuchi Yoshimi (1946-1948) », in Le Japon après la guerre, Michael Lucken, Anne Bayard-Sakai et Emmanuel Lozerand (dir.), Picquier, 2006, p. 109-125 (traduction anglaise par J. A. A. Stockwin, sous le titre « In the time after the defeat », in  Japan’s Postwar, Nissan Institute, Routledge Japanese Studies Series, Routledge, London and New York, 2011, p. 84-97).
13) « Face aux images. Métaphores, métonymies et narration chez Mukôda Kuniko », Regards sur la métaphore entre Orient et Occident, Cécile Sakai et Daniel Struve (dir.), Picquier, 2008, p. 281-299.
14) « Des nouvelles femmes dans le Japon ancien ? », postface à Mori Ôgai, Vengeance sur la plaine du temple Goji-in, et autres récits historiques, Les Belles-Lettres, 2008, p. 177-200.
15) « La littérature japonaise au xixe siècle. Deux ou trois récits d’une autre modernité », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, numéro « Modernités occidentales et extra-occidentales », Xavier Garnier et Anne Tomiche (dir.), L’Harmattan, Paris, 2009, p. 151-170.
16) « Un individu moderne, ses ombres et ses paradoxes. Sur quelques aspects des mémoires de Fukuzawa Yukichi », Mémoire et fiction. Décrire le passé dans le Japon du xxe siècle, P. Souyri (dir.), Picquier, Arles, 2010, p. 21-46.
17) « La question de l’individu au Japon », in L’Individu aujourd’hui. Débats sociologiques et contrepoints philosophiques, P. Corcuff, C. Le Bart et F. De Singly (dir.), Collection Res Publica, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2010, p. 139-149.
18)  « La défaillance des pères sôsekiens », in Japon Pluriel 8. Actes du huitième colloque de la Société française des études japonaises, Picquier, 2010, p. 505-513.
19) « La défaillance généralisée des figures paternelles dans l’œuvre romanesque de Natsume Sôseki (1905-1916) », in Christian Galan et Emmanuel Lozerand (dir.), La Famille japonaise moderne (1868-1926). Discours et débats, Arles, Picquier, 2011, p. 499-516.
20) « Les enfants dans l’œuvre romanesque de Natsume Sôseki (1905-1916) », in Christian Galan et Emmanuel Lozerand (dir.), La Famille japonaise moderne (1868-1926). Discours et débats, Arles, Picquier, 2011, p. 567-581.
21) en collaboration avec l’équipe DDEM (Discours et débats de l’ère Meiji), « Panorama général des discours sur la famille dans le Japon des ères Meiji et Taishô (1868-1926) », in Christian Galan et Emmanuel Lozerand (dir.), La Famille japonaise moderne (1868-1926). Discours et débats, Arles, Picquier, 2011, p. 35-89.
22) en collaboration avec l’équipe DDEM (Discours et débats de l’ère Meiji), « Dire “la famille” dans le Japon moderne et contemporain. Ie, katei, kazoku : repères et hypothèses », in Christian Galan et Emmanuel Lozerand (dir.), La Famille japonaise moderne (1868-1926). Discours et débats, Arles, Picquier, 2011, p. 585-627.
23) « Le Japon de Jacques Attali, ou la philosophie de l’histoire d’un homme d’influence », Écrire l’histoire, no 7, dossier « Ailleurs 1 », Gaussen, Marseille, printemps 2011, p. 43-52
24) « Manger et souffrir. Expériences du corps dans la littérature japonaise moderne », in Itinéraires. Littérature, textes, cultures, numéro « Récit du corps au Maroc et au Japon », Marc Kober et Khalid Zekri (dir.), L’Harmattan, Paris, 2011, p. 103-116.
25) « “En étrange pays dans mon pays lui-même.” Le sentiment de l’exil intérieur chez quelques écrivains japonais modernes (Shiki, Ôgai, Sôseki) », in Chantal Chen-Andro, Cécile Sakai et Xu Shuang (dir.), Imaginaires de l'exil dans les littératures contemporaines en Chine et au Japon, Picquier, 2012, p. 31-46.
26) « Des patriarches aux pieds d’argile. Notes sur les pères japonais modernes », Extrême-Orient Extrême-Occident, numéro hors-série « Père institué, père questionné », 2012, p. 189-217.
27) « Ôgai und die Namen », in Klaus Kracht (dir.), « Ôgai » - Mori Rintarô. Begegnungen mit dem japanischen homme de lettres, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2014, p. 135-147 (tr. de l’allemand par Hella Straubel)
28) « Les a-t-on vraiment tous vus ? », in Emmanuel Lozerand (dir.), Drôles d’individus. De la singularité individuelle dans le Reste-du-Monde, Paris, Klincksieck, 2014, p. 17-58.
29) « Figures de l’individu dans la littérature japonaise moderne », in Emmanuel Lozerand (dir.), Drôles d’individus. De la singularité individuelle dans le Reste-du-Monde, Paris, Klincksieck, 2014, p. 513-545.
30) « “Il n’y a pas d’individu au Japon.” Archéologie d’un stéréotype », Ebisu [En ligne], 51 | 2014, p. 273-302, mis en ligne le 11 novembre 2014 (http://ebisu.revues.org/1495).
31) « Scènes de ménage de l’ère Taishô », in Japon Pluriel 10. Actes du dixième colloque de la Société française des études japonaises, Picquier, 2014, p. 425-433.
32) « “Il n’y a pas d’individu au Japon.” Critique et archéologie d’un stéréotype », in Christian Galan et Jean-Pierre Giraud (dir.), Individu-s et démocratie au Japon, collection « Tempus », Presses universitaires du Midi, 2015, p. 19-72.
33) « “Il n’y a pas d’individu au Japon.” Petite anthologie », in Christian Galan et Jean-Pierre Giraud (dir.), Individu-s et démocratie au Japon, collection « Tempus », Presses universitaires du Midi, 2015, p. 263-330.
 
VI/ Traductions scientifiques

1) Traduction d’un article inédit de Yoshimi Shun.ya 吉見俊矢, « Girei to kindai. Nihon kindai ni okeru tennô junkô to manazashi no senryaku » 儀礼と近代 日本近代における天皇巡幸とまなざしの戦略 (1994), sous le titre « Époque moderne et rituels – Tournées impériales et stratégies du regard dans le Japon de l'ère Meiji), Annales (Histoire, Sciences Sociales), L-2, numéro spécial « L’Histoire du Japon sous le regard japonais », Pierre F. Souyri et Ninomiya Hiroyuki (dir.), Paris, Armand Colin, mars-avril 1995, p. 341-371. 
2) Traduction d’un article inédit de Komiyama Hiroshi, « Minchô-tai katsuji no tôshin. Seiyô kara Ajia e » (La création des caractères d’imprimerie de style minchô au xixe siècle en Europe et en Chine et leur diffusion au Japon), Du pinceau à la typographie. Regards japonais sur l'écriture et le livre, Claire-Akiko Brisset, Pascal Griolet, Christophe Marquet et Marianne Simon-Oikawa (dir.), Ecole Française d'Extrême-Orient (Paris), coll. « Etudes thématiques » vol. 20, 2006, p. 139-171.
3) Traduction d’un article inédit d’Iwakiri Shin.ichirô, « Meiji-ki no insatsu to shuppan. Bungei-sho sôtei no hensen o chûshin ni » (Imprimerie et édition à l’époque de Meiji  : l’art du livre), Du pinceau à la typographie, op. cit., p. 321-339.
4) Traduction d’un article de Jean-Jacques Origas, « Mono to me. Wakaki Ôgai no buntai ni tsuite » 物と眼 若き鴎外の文体について, sous le titre « Les choses et le regard. Sur le style du jeune Ôgai », in Jean-Jacques Origas, La Lampe d’Akutagawa, op. cit., p. 27-50.
 
VII/ Traductions littéraires

1) Traduction et présentation de trois essais d’Ôgai Mori Rintarô 鴎外森林太郎,  « Konton » 混沌  (1909), « Safuran » サフラン (1914) et « Munaguruma » 空車 (1916), sous les titres « Chaos », « Le Safran » et « Une charrette vide », in Cent ans de pensée au Japon, édition établie par Yves-Marie Allioux, Paris, Picquier, 1996, volume 1, p. 117-126, 157-162 et 163-167.
2) Traduction et présentation d’un essai de Takeda Taijun 武田泰淳, « Metsubô ni tsuite » 滅亡について (1946), sous le titre « De la destruction », in Cent ans de pensée au Japon, édition établie par Yves-Marie Allioux, Paris, Picquier, 1996, volume 1, p. 259-273.
3) Traduction d’un article de Jean-Jacques Origas, « Kurozunda yôtô. Meiji bungaku e no kyôshû » 黒ずんだ洋燈 明治文学への郷愁 (paru dans la revue Gakutô 学鐙 en 1964), sous le titre « La lampe d’Akutagawa. Nostalgie de la littérature de Meiji », Cipango.  Cahiers d'études japonaises, n°12, Paris, Publications Langues O’, Inalco, hiver 2005, p. 7-31 (repris dans Jean-Jacques Origas, La Lampe d’Akutagawa, op. cit., p. 17-23).
4) Traduction et présentation de cinq récits historiques de Mori Ôgai sous le titre Vengeance sur la plaine du temple Goji-in, et autres récits historiques, Les Belles-Lettres, 2008, 207 p.
5) Traduction de Hanako de Mori Ôgai, NRF, Gallimard, Paris, mars 2012, p. 146-155.
 
 

Professeur(e) des universités

  • Discipline : Sciences Humaines et Sociales, Arts, Lettres et Littérature
  • Section CNU : 15 - Langues et littératures arabes, chinoises, japonaises, hébraïques, d'autres domaines linguistiques
  • Equipe de recherche : Centre d'Etudes Japonaises

Ecrivez-lui