Olga BLINOVA

Ольга Александровна Блинова

Principales orientations de recherche

- Littérature, philosophie et art dans la Russie de l’Âge d’argent.
- Créatrices, sujets, femmes.
- Émigration : aspects historique, littéraire et artistique.

- Approche linguistique du matériau littéraire : du formalisme à la poétique cognitive.

Formations et diplômes

- 2012 : Doctorat en Études slaves de l’Université de Strasbourg, préparé sous la direction de Mme Évelyne Enderlein : « Le mythe de l’androgyne dans l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius ».
 
- 2002 : Diplôme d’études approfondies en littérature française, générale et comparée et en études dramaturgiques de l’Université Marc Bloch – Strasbourg II : « De l’utopie-programme à l’utopie narrative. Étude littéraire de Voyage et aventures de François Leguat et de Recueil de quelques mémoires servant d’instruction pour l’établissement de l’île d’Éden d’Henri Duquesne ».
 
- 1999 : Maîtrise de lettres modernes de l’Université Marc Bloch – Strasbourg II : « Le monde à l’envers dans le roman du XXe siècle : vertige de l’écriture et de l’identité. Étude comparée de quatre textes : Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline, Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov, Le Château de Franz Kafka et 1984 de George Orwell ».
 
- 1997 : Licence de lettres modernes de l’Université Marc Bloch – Strasbourg II.

Expérience professionnelle en enseignement dans le domaine des études slaves

- 2017/2019 : Enseignante contractuelle dans le secondaire (niveau Lycée), Strasbourg.
- 2013/2017 : ATER de russe (2 ans), Maître de langue en russe (2 ans), Université Paris 8.
- 2013 : Enseignante vacataire en russe (20 heures), Centre de Langues de l’Université de Strasbourg.
- 2008/2012 : Tutrice (1 an), puis Enseignante vacataire (1 an), puis Lectrice de russe (2 ans), Université de Strasbourg. 

Responsabilités

Dans le supérieur

· Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

- 2016/2017 : Coresponsable de la formation Master 1 et 2 de traduction LISH (Lettres, Interfaces numériques et Sciences Humaines), Orientation Livre (Parcours Littéraire) au département d’études slaves.

- 2015/2017 : Codirectrice des mémoires en Master 1 et 2 de traduction LISH, Orientation Livre (Parcours Littéraire) au département d’études slaves.

- 2015/2017 : Membre des jurys de soutenance des rapports de stages en Licence 3, LEA Parcours Commerce.

- 2015/2017 : Membre des jurys de soutenance des mémoires et des rapports de stages en Master de traduction LISH, Orientations Livre (Parcours Littéraire) et Loi (Parcours Juridique et Économique).

 - 2016 : Membre de la commission d’évaluation sur dossier des postulants pour le Master 1 et 2 de traduction LISH, Orientation Livre et Loi. Campagne de recrutement pour l’année universitaire 2016/2017.
 
- 2016 : Membre de la commission d’évaluation sur dossier des postulants pour la Licence 1 LEA Anglais-Russe via le site APB (Admission Post Bac). Campagne de recrutement pour l’année universitaire 2016/2017.
 
 · Université de Strasbourg – Consulat général de Russie à Strasbourg
 
- 2011/2012 : Responsable de l’organisation des stages linguistiques en Russie pour les étudiants spécialistes et non-spécialistes.

Dans le secondaire  

· Lycée International des Pontonniers de Strasbourg
 
- 2017/2018 : Responsable de l’organisation d’un voyage scolaire dans le cadre d’un échange pédagogique, linguistique et culturel avec l’école n° 2107 de Moscou.
 
- 2017/2018 : Membre de l’équipe organisatrice de la semaine de la Mémoire.

Publications

Ouvrage

Préparation pour la publication de la thèse Le mythe de l’androgyne dans l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius.

Résumé : Centrée sur l’analyse systématique de l’œuvre poétique de Z. Guippius, la thèse Le mythe de l’androgyne dans l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius tâche de démontrer que le mythe de l’androgyne sous-tend la poésie de cet auteur et permet de la lire comme une première mise en action d’un projet utopique d’humanité transfigurée. La thèse procède des points de convergence entre les thèmes propres aux réflexions utopiques (personne idéale, amour et société) et les principales situations discursives de la poésie lyrique. Aussi se structure-t-elle en trois parties qui progressent de l’androgynie comme principe constitutif de l’être humain idéal (étudiée à travers le JE du sujet lyrique) vers la conception de l’amour androgyne (qui établit la relation entre le JE du sujet lyrique et le TU de l’allocutaire) et, enfin, vers la dimension collective de l’androgynie (avec le NOUS comme reflet d’une divino-humanité androgyne). Se penchant sur l’emploi que Guippius fait de l’antithèse, cette étude tente de saisir la démarche créatrice du poète-symboliste qui partirait d’une recherche quasi obsessionnelle des opposés pour aboutir à la synthèse universelle et se traduirait à travers le champ sémantique de l’union et de la fusion, à travers la place stratégique en fin de texte des mots et des séquences qui expriment cette sémantique et, surtout, à travers l’emploi de l’oxymore et du paradoxisme, tous deux relevant de la coincidentia oppositorum dont le mythe de l’androgyne est une des manifestations. Au fil de l’écriture de Guippius, grâce à la fluidité des genres et des incarnations des deux principes fondamentaux – le masculin et le féminin – l’androgynie devient le principe fondateur de l’univers poétique tout entier. Mettant en avant l’originalité, la conception précoce, ainsi que la forme poétique exceptionnelle du projet de Guippius, cette thèse a pour but de suggérer que celui-ci mérite d’être réévalué et d’occuper une place plus importante dans l’histoire philosophique et littéraire de son temps.

Direction d’ouvrage collectif

Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. « Études orientales, slaves et néo-helléniques », 2016, 256 p.
 
Ce volume a fait l’objet d’une recension par Victoire Feuillebois dans la revue Slavica Occitania, Toulouse, Université de Toulouse, « Lettres, Langages et Arts » (LLA – CREATIS), n° 46, 2018, p. 301-303. Elle est disponible à l’adresse suivante : http://pus.unistra.fr/fr/livre/?GCOI=28682100462250

Articles dans des revues scientifiques à comité de lecture (5) [* = publication d’archives]
 
*1. « З.Н. Гиппиус за чтением книг из парижской домашней библиотеки » [« Z. Guippius à la lecture des ouvrages de sa bibliothèque parisienne »], Литературный факт [Le Fait littéraire], Москва [Moscou], ИМЛИ РАН, n° 14, 2019, p. 353-379.
 
La version électronique de ce numéro est disponible à l’adresse suivante : http://litfact.ru/ru/nomera-zhurnala/88-2019-14
Résumé : Sur la base des imprimés en langue russe, faisant partie de la bibliothèque parisienne des Merejkovski, sont précisés certains faits de la biographie de Zinaïda Guippius, ainsi que la datation du moment de la fondation de la dite bibliothèque. Sont donnés des renseignements sur les sources qui ont été utilisées par Guippius pour la rédaction du récit sur la secte des Hommes-de-Dieu Il est descendu (1907), pour les articles « Le pain de la vie » (1901) et « Les prémices de l’amour » (1904), ainsi que pour les poèmes De la foi et Les pensées nues (1902).
 
 
2. « "Арифметика любви" versus Смысл любви : неслиянность и нераздельность мысли З. Гиппиус и Вл. Соловьёва » [« "L’arithmétique de l’amour" versus Le sens de l’amour : l’impossible alliage et l’inséparabilité de la pensée de Z. Guippius et de Vl. Soloviov »], Соловьёвские исследования [Les Études solovioviennes], Иваново [Ivanovo], Ивановский государственный энергетический университет (ИГЭУ), n° 3(63), 2019, p. 106-120.
 
La version électronique de ce numéro est disponible à l’adresse suivante : http://ispu.ru/node/16952
Résumé : L’influence de l’opinion de Vl. Soloviov sur la perception que Z. Guippius avait du sens de l’amour a déjà été envisagée dans des textes de ses contemporains de même que dans des études plus récentes. Cependant, on y portait plus d’attention aux ressemblances de leurs opinions. Dans le présent article, sur la base d’un matériau issu de documents personnels, de la prose et de la poésie, il est montré comment, en ayant pour point de départ les idées du philosophe, Guippius a créé sa propre version de la théorie de l’Éros, et quelle réalisation originale, sous forme d’un projet de Divino-humanité, cette théorie a eu dans l’œuvre poétique de l’écrivaine. L’accent est mis sur la genèse de sa pensée, c’est-à-dire sur la chronologie et les influences possibles (en particulier, du roman Séraphîta de Balzac et des textes maçonniques issus de l’ouvrage de Nézélionov consacré à N. Novikov) sous lesquelles elle s’était formée. La confrontation des dates a permis d’émettre l’hypothèse de la contribution du Sens de l’amour à la naissance du journal intime Contes d’amour de Guippius, tandis que l’analyse des textes sur ce sujet a montré la divergence dans le traitement que font Soloviov et Guippius des concepts d’androgynie et d’unicité de l’amour. Enfin, la comparaison des textes théoriques de Guippius sur l’amour, à son œuvre en vers et en prose, a révélé la primauté chronologique de cette dernière, utilisant d’emblée une approche plus moderne de l’androgynie (fondée sur l’intériorisation psychologique du phénomène) que celle de Soloviov.
 
 
3. « Пифагореизм, алхимия и андрогинная любовь в поэтическом тексте Зинаиды Гиппиус Ты: (1905) » [« Le pythagorisme, l’alchimie et l’amour androgyne dans le texte poétique de Zinaïda Guippius Toi: (1905) »], Соловьёвские исследования [Les Études solovioviennes], Иваново [Ivanovo], ИГЭУ, n° 1(61), 2019, p. 141-154.
 
La version électronique de ce numéro de la revue est disponible à l’adresse suivante : http://ispu.ru/node/17446
Résumé : Il est proposé de considérer le texte poétique Toi: (1905) de Z. Guippius comme une expression de sa théorie de l’amour personnel, formulée explicitement et de la façon la plus aboutie dans le texte théorique tardif « L’Arithmétique de l’amour » (1929). Pour la première fois est argumentée la possibilité de l’interprétation de Toi: avec recours au pythagorisme, vaste et éclectique système spéculatif qui a servi de base à de nombreuses disciplines ésotériques dont l’alchimie. Au cours de l’analyse est utilisée l’approche de la poésie fondée sur les avancées des études narratologiques. Selon cette approche, le sujet lyrique et son allocutaire, étant envisagés d’un point de vue dynamique, sont créés par et dans le texte poétique. Il est mis en évidence que la vision dualiste de l’univers propre au pythagorisme est lisible aussi bien à travers les signifiés qu’à travers la disposition subtile des signifiants du poème Toi:. Un essai d’application de l’arithmologie mystique du pythagorisme pour la compréhension de son sens hermétique est également entrepris. En conclusion, il est déduit que le processus de la création de l’écrivaine est assimilable à l’acte démiurgique, et que sa théorie de l’amour avait déjà existé sous sa forme finale au tout début du XXe s.
 
 
*4. « Парижская научная библиотека Д.С. Мережковского » [« La bibliothèque scientifique parisienne de Dimitri Merejkovski »], Литературный факт [Le Fait littéraire], Москва [Moscou], ИМЛИ РАН, № 3, 2017, p. 133-147.
 
Pour la version électronique de ce numéro, voir : http://litfact.ru/ru/nomera-zhurnala?start=10
Accompagné de « Список изданий, проданных В.А. Злобиным НБФ в 1950 г. » [« La liste des ouvrages vendus par Vladimir Zlobine à la BnF en 1950 »], cet article est repris, in Коростелёв О.А., Холиков А.А, сост., Д.С. Мережковский : писатель – критик – мыслитель. Сборник статей [Dimitri Merejkovski : écrivain – critique – penseur. Recueil d’articles], Москва [Moscou], Дмитрий Сечин, Литфакт, 2018, p. 436-456.
 
 
5. « L’émigration et la quête identitaire dans l’œuvre de fiction de Zinaïda Guippious », La Revue russe, Paris, Institut d’études slaves, n° 36, 2011, p. 21-29.
 
Pour la version électronique de l’article, voir : https://www.persee.fr/doc/russe_1161-0557_2011_num_36_1_2441
Résumé : Le présent article est centré sur des récits de fiction de Zinaïda Guippius, consacrés à l’émigration, et, plus particulièrement sur la vision de l’identité russe qui s’en dégage. L’analyse montre que la réflexion de Guippius sur la quête identitaire des émigrés se construit autour des notions de culture, de liberté et de voyage initiatique. Cette vision renvoie aux convictions politiques de Guippius qui n’a jamais accepté la révolution d’Octobre ni le pouvoir bolchevique, étranger à l’esprit de liberté né en Occident. Or la culture, élément essentiel de l’identité, ne peut exister que quand existe le souffle libre. C’est donc à l’émigration qu’incombe le devoir de préserver, voire d’enrichir la culture russe. Mais pour que perdure la culture, il faut apprendre à être libre. Par conséquent, la quête identitaire des émigrés se conjugue avec l’apprentissage de la liberté. Leur seul mode de vie possible est le voyage initiatique. C’est cet éloignement physique et, à certains égards, métaphysique de la terre natale jusqu’à son abandon que Guippius présente comme le moyen le plus sûr pour y revenir.
 
Articles dans des actes de colloques internationaux (7) [* = publication d’archives]
 
1. « Русское зарубежье как эмбрион нового андрогинного Богочеловечества. На примере рассказов и публицистики З.Н. Гиппиус эмигрантского периода » [« L’outre-frontière russe comme embryon de la nouvelle Divino-humanité androgyne. Sur l’exemple de récits et articles journalistiques de Zinaïda Guippius composés en émigration »], in Феномен русского зарубежья : философия, культура, литература, литературоведение [Le phénomène de l’outre-frontière russe : philosophie, culture, littérature, critique littéraire]. À paraître en 2020.
 
Résumé : Le thème de l’émigration dans l’œuvre de Zinaïda Guippius a déjà été discuté. Cependant la priorité a été donnée à sa prose critique et journalistique. Dans le présent article, le phénomène de l’émigration est examiné principalement sur l’exemple des œuvres de fiction de l’écrivaine. Une attention particulière est portée au problème de l’apparition tardive de la thématique de l’émigration dans ces œuvres, ainsi qu’au statut générique du récit Il a de la chance (1932), qui ouvre le paradigme de l’exil dans sa prose fictionnelle. Sont analysés les traits caractéristiques qui composent, selon Guippius, l’identité, la « russité » de ses personnages issus de couches sociales et professionnelles différentes, appartenant également à différentes générations. L’image des émigrés vus comme une tribu nouvelle, dessinée dans les pages de ses récits, est comparée à la représentation genrée de la Russie et de l’Occident dans la pensée philosophique et religieuse russe de la fin du XIXe – au premier tiers du XXe s. Ceci permet de mettre en évidence la liaison qui se manifeste chez Guippius entre l’émigration et le concept d’androgynie. Enfin, une conclusion est tirée sur la possibilité de l’interprétation de l’outre-frontière russe, dans l’acception de Guippius, comme embryon de la nouvelle Divino-humanité androgyne, appelée à réunir en son sein l’Orient et l’Occident.
 
 
*2. « Парижская научная библиотека Д.С. Мережковского » [« La bibliothèque scientifique parisienne de Dimitri Merejkovski »] suivi de « Список изданий, проданных В.А. Злобиным НБФ в 1950 г. » [« La liste des ouvrages vendus par Vladimir Zlobine à la BnF en 1950 »], in Коростелёв О.А., Холиков А.А., сост., Д.С. Мережковский : писатель – критик – мыслитель. Сборник статей [Dimitri Merejkovski : écrivain – critique – penseur. Recueil d’articles], Москва [Moscou], Дмитрий Сечин, Литфакт, 2018, p. 436-456.
 
Le même article sans annexe a été publié dans la revue Литературный факт [Le Fait littéraire], Москва [Moscou], ИМЛИ РАН, № 3, 2017, p. 133-147.
 
 
3. « La création du sujet lyrique androgyne dans la poésie de Zinaïda Guippius », in Blinova O., dir., Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. « Études orientales, slaves et néo-helléniques », 2016, p. 81-97.
 
 
4. « Zinaida Gippius : poésie au masculin ? », in Godi-Tkatchouk Patricia, dir., Poésie au féminin – Actes du séminaire organisé par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique, 2014, p. 43-51.
http://celis.univ-bpclermont.fr/IMG/pdf/Actes_du_seminaire_Poesie_au_feminin.pdf
 
Résumé : L’article est consacré à la supposée masculinité de l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius. La première partie expose les résultats d’une analyse statistique allant à l’encontre des jugements communément admis sur le genre invariablement masculin du sujet lyrique de cette poésie. En interrogeant la conception des principes masculin et féminin en vigueur dans la Russie de l’Âge d’argent, la deuxième partie recense les traits caractéristiques de l’œuvre poétique de Zinaïda Guippius qui nourrissent l’argument de son caractère masculin, pour déboucher sur une présentation du système d’incarnation des principes fondamentaux dans sa poésie minant la vision de sa masculinité. Enfin, pour trouver une interprétation du mode de fonctionnement de cette poésie, la troisième partie s’intéresse à l’attrait de la poétesse pour les constructions antithétiques. En s’appuyant sur l’analyse statistique de l’emploi de l’oxymore par Zinaïda Guippius, elle démontre que l’antithèse n’est qu’une étape dans l’élaboration de son monde poétique dont l’aspiration est la synthèse des opposés et le dépassement des genres.
 
 
5. « L’homosexualité dans l’œuvre de Zinaïda Guippius avant et après l’émigration », in Enderlein Évelyne, Mihova Lidiya, dir., Écrire ailleurs au féminin dans le monde slave au XXe siècle, Paris, l’Harmattan, 2013, p. 43-53.
 
Résumé : « L’importance de la "question du sexe" est enfin parvenue à notre conscience » écrit Guippius en 1904. L’homosexualité fait partie intégrante de cette question. Le sujet de l’homosexualité dans l’œuvre de Guippius n’est pas ignoré des chercheurs. Cependant, du fait de l’analyse des articles critiques de Guippius séparément du reste de son œuvre, ils aboutissent à des conclusions contradictoires. C’est pourquoi, le présent article, interroge l’ensemble des écrits de Guippius consacrés à l’homosexualité. Pour ce faire, une approche chronologique avec une ligne de partage matérialisée par l’émigration de Guippius en France est choisie. En effet, si l’on ne considère que les écrits destinés à la publication et publiés du vivant de l’auteur, on constate qu’avant l’émigration, Guippius y fustige les relations homosexuelles, ceci indépendamment du genre des écrits. Après l’émigration, rien ne change dans ses nouveaux articles critiques. En revanche, dans ses propres œuvres de fiction, Guippius semble accepter l’amour homosexuel à condition qu’il soit « vrai ». L’article propose des réponses aux questions suivantes :
  • Pourquoi un tel changement et pourquoi ne touche-t-il que certains domaines ?
  • L’atmosphère du pays d’accueil définit-elle ce changement ?
  • Y a-t-il d’autres moteurs ?
 
6. « L’émigration dans l’œuvre de fiction de Zinaïda Hippius. Entre l’inacceptable et l’irréalisable », in Krauss Charlotte, Victoroff Tatiana, dir., Figures de l’émigré russe en France au XIXe et XXe siècles. Fiction et réalité, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012, p. 333-341.
 
Résumé : Centrée sur des récits de fiction de Zinaïda Guippius, traitant de l’émigration, le présent article tâche d’apporter des éléments de réponse sur leur parution tardive : en effet, si le premier article de Guippius, consacré au problème de l’émigration russe en France, voit le jour en décembre 1921 («Мы больны»), son premier récit sur ce sujet (Как ему повезло) ne paraît qu’en janvier 1932. Après ce début tardif, Guippius «rattrape» le retard et crée une riche «galerie de portraits» d’émigrés qui sont tous piégés entre l’inacceptable perte des racines et l’irréalisable retour en Russie. Or, cette vision tragique de l’être renvoie au contexte historique de l’époque, qui livre une des clefs pour comprendre le déclenchement tardif de l’écriture fictionnelle chez Guippius : au tournant des années trente, se produit la fermeture de l’Union soviétique entraînant la perte de tout espoir en un retour proche au pays. À cette époque, l’action qui ne cible que le moment présent perd de son importance et semble laisser la place à la réalisation d’un vaste projet d’écriture, une chronique de l’émigration, dont le récit inaugural serait un signe de rupture consommée.
 
 
7. « Элементы андрогинности в жизни и творчестве Зинаиды Гиппиус » [« Les éléments de l’androgynie dans la vie et l’œuvre de Zinaïda Guippius »] (avec É. Enderlein), in Нохейль Регина, Карл Фридерике, Шоре Элизабет, ред., Конструкты национальной идентичности в русской культуре : вторая половина XIX столетия. Серебряный век, Материалы конференции, Июнь 2009 г., Тюмень/Тобольск [Constructions de l’identité nationale dans la culture russe : deuxième moitié du XIXe siècle. Âge d’argent, Actes du colloque, Juin 2009, Tioumen/Tobolsk], Москва [Moscou], Российский государственный гуманитарный университет, 2011, c. 312-326.
 
Publications d’archives (6)
 
1. « Письма Д.В. Философова к С.П. Мельгунову (1923–1928) » [« Lettres de Dimitri Filossofov à Sergueï Melgounov (1901–1914) »]. En préparation.
 
2. « Парижская библиотека Мережковских : описание печатных изданий на русском языке » [« La bibliothèque parisienne des Merejkovski : descriptif des imprimés en langue russe »]. À paraître en 2020.
 
3. « Аннотированный список книг, составлявших парижскую библиотеку Мережковских » [« La liste annotée des livres qui ont constitué la bibliothèque parisienne des Merejkovski »]. En préparation.
 
4. « Список изданий [из парижской библиотеки Мережковских], проданных В.А. Злобиным НБФ в 1950 г. » [« La liste des ouvrages [issus de la bibliothèque parisienne des Merejkovski] vendus par Vladimir Zlobine à la BnF en 1950 »], in Коростелёв О.А., Холиков А.А., сост., Д.С. Мережковский : писатель – критик – мыслитель. Сборник статей [Dimitri Merejkovski : écrivain – critique – penseur. Recueil d’articles], Москва [Moscou], Дмитрий Сечин, Литфакт, 2018, p. 451-456.
 
5. Guippius Zinaïda, Les trois dames de cœur et Erreur, in Blinova O., dir., Zinaïda Guippius – Poésie et philosophie du genre, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. « Études orientales, slaves et néo-helléniques », 2016, p. 195-212.
 
6. Guippius Zinaïda, Réponse au Bélier, Soloviova Polikséna, Automne printanier, Réponse au Sagittaire, in Blinova Olga, dir., Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre, op. cit., 2016, p. 227-242.
 
Parties d’ouvrages scientifiques (2) [* = publication d’archives]
 
*1. « Письма З.Н. Гиппиус к П.С. Соловьёвой (1901–1914) » [« Lettres de Zinaïda Guippius à Polikséna Soloviova (1901–1914) »], in Богомолов Н.А., Павлова М.М., сост., Эпистолярное наследие З.Н. Гиппиус [Héritage épistolaire de Z. Guippius], t. 1, Москва [Moscou], Институт мировой литературы им. А.М. Горького Российской Академии Наук (ИМЛИ РАН), coll. «Литературное наследство» [« Héritage littéraire »], 2018, p. 858-888.
 
2. « Introduction », in Blinova Olga, dir., Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. « Études orientales, slaves et néo-helléniques », 2016, p. 9-24.
 
Traductions (9)
 
· du russe vers le français
 
1. Arzamastséva Irina, « Les trois âmes d’une lycéenne de province (pièce de Z.N. Guippius L’anneau vert) », in Blinova Olga, dir., Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. « Études orientales, slaves et néo-helléniques », 2016, p. 109-130.
 
2. Bogomolov Nikolaï, « Mythes sur Guippius et mythes de Guippius : le point de vue du genre », in Blinova O., dir., Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre, op. cit., p. 155-168.
 
3. Ekonen Kirsti, « Zinaïda Guippius, théoricienne du genre », in Blinova O., dir., Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre, op. cit., p. 27-40.
 
4. Matich Olga, « Zinaïda Guippius et le genre : performativité, parodie et transfiguration du sexe », in Blinova O., dir., Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre, op. cit., p. 41-57.
 
5. Pavlova Margarita, « Z.N. Guippius dans les journaux intimes de S.P. Kabloukov : le point de vue du genre », in Blinova O., dir., Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre, op. cit., p. 133-154.
 
6. Pavlova Margarita, « Postface analytique à des récits composés par Z.N. Guippius en français », in Blinova O., dir., Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre, op. cit., p. 213-226.
 
7. Skonechnaya Olga, « Sexualité et art : Vladimir Nabokov et Zinaïda Guippius » (trad. avec I. Karpinskaya), in Blinova O., dir., Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre, op. cit., p. 169-191.

· du français vers le russe
 
8. Бодэн Родольф, « Нормативная критика и романное чтение в России XVIII века », in Rebecchini Damiano, Vassena Raffaella, dir., Reading in Russia. Practices of Reading and Literary Communication, 1760-1930, Milan, Università degli Studi di Milano, 2014, p. 39-58. Pour la version numérique de ce volume, cf. : https://air.unimi.it/retrieve/handle/2434/264250/367265/009-rebecchini-vassena.pdf
 
9. Бодэн Родольф, « Простота стиля и конструирование идеального эпистолярного ‘я’ : пример писем из ссылки Александра Радищева », AvtobiografiЯ, Università di Padova, n° 2, 2013, p. 25-35. Pour la version numérique de ce volume, cf. : http://www.avtobiografija.com/issue/viewIssue/4/1
 
Comptes-rendus d’ouvrages (4)
 
1. « Nouvelle édition des Œuvres de Dimitri Merejkovski.
Д.С. Мережковский, Собрание сочинений в 20 т. [Œuvres en 20 volumes],
T. 8, Вечные спутники [Éternels compagnons de route;
T. 14, Тайна Трёх : Египет и Вавилон. Тайна Запада : Атлантида–Европа [Le Mystère des Trois : Égypte et Babylone. Le Mystère de l’Occident : Atlantide–Europe], Mосква, Дмитрий Сечин, 2017 ;
T. 9, О причинах упадка и о новых течениях современной русской литературы : Статьи 1880–1890-x гг. [Sur les causes de la décadence et les nouveaux courants de la littérature russe contemporaine : Articles des années 1880–1890], Mосква, Дмитрий Сечин, 2019 », La Revue russe, Paris, Institut d’études slaves, n° 53, 2019, p. 163-166.
 
Pour le sommaire de ce numéro, voir : https://www.afr-russe.fr/spip.php?article6226
 
2. « Кирсти Эконен [Kirsti Ekonen], Творец, субъект, женщина : Стратегии женского письма в русском символизме [Créateur, sujet, femme : les stratégies de l’écriture féminine dans le symbolisme russe] », La Revue russe, Paris, Institut d’études slaves, n° 41, 2013, p. 125-126.
 
3. « Pouchkine, poète de l’altérité, textes réunis par Évelyne Enderlein et Tatiana Victoroff », La Revue russe, Paris, Institut d’études slaves, n° 40, 2013, p. 113-114.
 
https://www.persee.fr/doc/russe_1161-0557_2013_num_40_1_2553_t1_0113_0000_1
 
4. « Женский вызов : русские писательницы XIX – начала XX века, под редакцией Евгении Строгановой и Элизабет Шоре » [« Le défi féminin : les écrivains femmes du XIXe – du début du XXe siècles, sous la direction de Evguénia Stroganova et Elizabeth Sheauré »], La Revue russe, Paris, Institut d’études slaves, n° 29, 2007, p. 165-167.
 
https://www.persee.fr/doc/russe_1161-0557_2007_num_29_1_2316_t1_0165_0000_1

Valorisation de la recherche

- Organisation du colloque international « Les Merejkovski et l’Europe » en septembre 2021 en collaboration avec Luba Jurgenson. Équipes organisatrices : EUR’ORBEM (Culture et société d’Europe orientale, balkanique et médiane) de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, Université, GEO – UR 1340 de l’Université de Strasbourg, IMLI RAN (Institut des littératures du monde de l’Académie des sciences de Russie, Moscou). Projet en cours.

- Organisation de la conférence « Les sœurs Guippius : chemins et destins (découvertes d’archiviste) », donnée par Mme Margarita Pavlova, Directrice de recherche à l’Institut de la littérature russe de l’Académie des sciences de Russie (IRLI RAN, Saint-Pétersbourg, Russie) en novembre 2015, Université de Strasbourg.
 
- Organisation du colloque international « Zinaïda Guippius. Poésie et philosophie du genre » (avec la participation de R. Baudin et É. Enderlein), Université de Strasbourg, décembre 2012.
 
Le programme et un bref compte-rendu vidéo du colloque sont disponibles sur :
http://geo.unistra.fr/index.php?id=4432&tx_ttnews[backPid]=4446&tx_ttnews[tt_news]=7034&cHash=1bb9a06d88e0b6d1c9bea834aad4f2ac

Séjours de recherche dans les archives

1. Le 2 décembre 2019, Département des livres rares et manuscrits de la Bibliothèque scientifique de l’Université Lomonossov de Moscou, Russie.
 
2. Depuis avril 2016, travail régulier à la Bibliothèque de recherche de la Bibliothèque nationale de France (BnF), Paris, France.
 
3. Du 18 au 24 janvier 2015, Département des manuscrits de l’Institut de la littérature russe (Maison Pouchkine) de l’Académie des sciences de Russie (IRLI RAN) et Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Russie (BnR), Saint-Pétersbourg, Russie.
 
4. Du 15 au 20 avril 2014, Département des manuscrits de l’IRLI RAN et Département des manuscrits de la BnR, Saint-Pétersbourg, Russie.
 
5. Du 27 août au 1 septembre 2013, Département des manuscrits de la BnR, Saint-Pétersbourg, Russie.
 
6. Du 26 février au 8 mars 2013, Département des manuscrits de l’IRLI RAN et Département des manuscrits de la BnR, Saint-Pétersbourg, Russie.

Unités de recherches et sociétés savantes

1. Depuis 2005 : D’abord doctorante, puis chercheur associé du laboratoire GEO – Groupe d’études orientales, slaves et néo-helléniques – UR 1340, Université de Strasbourg.
 
2. Depuis 2019 : Membre du groupement de recherche GDRUS – Empire russe, URSS et monde post-soviétique – 2064 (CNRS).
 
3. Depuis mars 2020 : Chercheur associée du laboratoire CREE – Centre de recherche Europes-Eurasie – de l’INALCO, Axe « Identités en mouvement : autour de la minorité », sous-axe « L’"archipel noir" des femmes écrivains et artistes russes ».
 
4. Membre de l’Association Française des Russisant (AFR).

Chercheur

  • Discipline : Arts, Lettres et Littérature
  • Section CNU : 13 - Langues et littératures slaves
  • Equipe de recherche : CREE

Ecrivez-lui