Conférence : "Géopolitique du conflit russo-ukrainien : regards croisés"

Dates :
Lundi 11 avril 2022 - 18:00 - 20:00
Lieu :
Inalco, Maison de la Recherche, Auditorium Dumézil (2, rue de Lille, Paris 7ème)
Modalité : Présentiel

Dans le cadre des conférences sur l'Ukraine, le Centre de Recherches Europes-Eurasie-CREE (Inalco) propose une conférence intitulé : "Géopolitique du conflit russo-ukrainien : regards croisés"

INTERVENANTS

  • Alexandre Melnik, Professeur à ICN Business School de Paris,Nancy, Berlin, expert en géopolitique et ancien diplomate à Moscou. Son enseignement s’intéresse au développement du concept de globalisation au XXI siècle et de son impact sur la vie des individus.
  • Olivier Védrine, Professeur, journaliste et ancien conférencier de la Commission européenne au sein du réseau d’experts Team Europe (2007-2014). Conseiller politique sur l’Ukraine pour Henri Malosse le président du Comité économique et social européen (2013-2015) à Bruxelles. Il a reçu le titre de Professeur Honoris Causa de l’Université Internationale de Kiev.
 
Un mur craquelé avec deux drapeaux peints
© Licence Creative Commons


DESCRIPTION

L'invasion brutale de l'Ukraine par les forces armées russes constitue l'une des ruptures géopolitiques majeur de ce début de siècle. Nous aurions pu en rester là au regard des maigres victoires obtenues par la Russie : l’élection en avril 2018 de Volodymyr Zelensky, un ancien acteur russophone ayant su capter les désillusions du peuple pour proposer, à l’inverse de son prédécesseur Petro Poroshenko, d’engager un dialogue avec Vladimir Poutine ; l’inauguration le 4 octobre 2021 par la société russe Gazprom du gazoduc North Stream 2  qui a fini par priver l’Ukraine de son rôle de carrefour énergétique mais aussi d’alliés précieux comme l’Allemagne qui choisirent le compromis  de circonstance avec la Russie plutôt que la solidarité de fait avec l’Ukraine pour satisfaire leurs appétits économiques.  Ce statut-quo on ne peut plus précaire fut toutefois rapidement remis en cause par différents évènements survenus ces deux dernières années. Qu’il s’agisse de la révolution en Biélorussie d’Aout 2020 et ses incertitudes, du retrait américain d’Afghanistan, de la victoire azéri-turque dans le Haut Karabakh ou des tensions survenues au Kazakhstan en janvier dernier, la Russie, qui est atteinte du « syndrome de la forteresse assiégée » est prise de spasmes à l’idée de voir son encerclement se réaliser  a décidé de bouger.  Cette peur est d’autant plus vive que la pays se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. Elle qui n’était il y a encore quelques années à l’heure de la « maison commune européenne » et la «  démocratie » regarde désormais de plus en plus du côté de l’Asie et de la Chine, un partenaire devenu indispensable mais imprévisible, tandis que Vladimir Poutine songe, fort d’une nouvelle constitution illibérale, à poursuivre ses rêves de grandeurs jusqu’en 2032. A travers le regard d'un ancien diplomate  et d'un géopolitologue, nous proposons d'analyser le conflit ukrainien et ses conséquences à l'échelle régoinale et locale. 

ORGANISATION

Adrien Nonjon(CREE, Inalco)
Iryna Dmytrychyn (CREE, Inalco)

Contact : etudes-ukrainiennes@outlook.fr
Département :
Equipe de recherche :

Type : 

  • Conférences, tables rondes, ateliers
Région du monde :
Europe et Eurasie