Exposition : Setomaa, un royaume sur le fil

Dates :
Jeudi 19 novembre 2015 - 19:00 - Vendredi 11 décembre 2015 - 15:00
Lieu :
Galerie

Setomaa, un royaume sur le fil

Entre mythe et réalité, entre modernité et tradition, à la fois en Union Européenne et en Fédération de Russie, à cheval sur une frontière internationale et à peine âgé de 22 ans,  se trouve le jeune royaume du Setomaa. Cette région comprendrait l'ethnie sédentarisée la plus ancienne d'Europe: les Setos, une ethnie finno-ougrienne proche des Estoniens mais présentant par ailleurs de nombreuses influences slaves.

Au cours de leur longue histoire, les Setos ont souvent été déconsidérés et ont connu le joug de dominations extérieures successives. La restauration de l’Indépendance de l’Estonie, en 1991, a pour autant changé peu de choses : Durant l'occupation soviétique les frontières administratives de l'Union ont été modifiées, et l'Estonie n'a pas recouvré le territoire de sa première indépendance. Ignorant les liens communautaires des Setos, cette frontière divise aujourd'hui le royaume, le coupant littéralement en deux, privant de ce fait les uns de leur lieu de culte, les autres de leur champ ou de leur cimetière.

Douloureuse et source de tensions, cette frontière est la seule de l’Union Européenne à n’avoir fait l’objet d’aucun traité ratifié à ce jour. À contrecœur et malgré des voix s’élevant pour demander le retour en Estonie de l'intégralité du Setomaa, son tracé semble avoir été tacitement accepté. Aujourd'hui, l'Estonie attend la signature russe qui rendrait la frontière aujourd’hui de facto, de jurée. Comme une mise à l'épreuve, certains n'hésitent pas à dire que cette entaille administrative pourrait avoir provoqué l'apparition d'une intelligentsia seto,  consciente de la valeur de son héritage. Ainsi, plus que jamais les Setos parviennent à conserver, valoriser et réactiver leur patrimoine culturel. Mais, signe des temps, les jeunes préfèrent encore quitter la région pour les grandes agglomérations plus attractives. Petit à petit, les villages se dépeuplent. Côté russe, on compte à peine 200 Setos. Il y en aurait 15.000 en Estonie. Protégés pour l'éternité par leur divinité de la fertilité et roi Peko, et gouvernés par un vice-roi élu chaque année, l‘Ülembsootska, qu’ils soient Estoniens ou Russes, ils sont avant tout Setos.

Jérémie Jung

Jérémie Jung est né en 1980 à Strasbourg, vit à Paris.
Licencié de la faculté d’arts plastiques de Strasbourg, et après avoir exercé au sein de différentes ONG d’éducation populaire les fonctions de graphiste et de développeur web, il se forme en 2010 au photojournalisme à l’EMI-CFD. Le hasard d’une première commande le conduit en Estonie du sud en 2011, un pays encore inconnu qu’il sait à peine placer sur carte. Y ayant noué des amitiés, il y retourne et découvre rapidement les fortes identités de communautés Estoniennes. S’y intéressant, en 2013 il commence un travail au long cours sur l’île de Kihnu qui sera exposé à Vannes au printemps 2015. En 2014 il amorce un autre sujet sur le Setomaa une région à la foi en Estonie et en Russie. Son intérêt grandissant pour le pays, il étudie l’Estonien à partir de 2014 à l’INALCO. Son travail est représenté par l’agence Signatures, maison de Photographes depuis 2013



 

Expo Setomaa - affiche
Intervenants :
Antoine CHALVIN
Département :

Type : 

  • Evènements culturels
Langue :
Région du monde :
Europe et Eurasie