L’Inde de Modi, deux ans après sa réélection triomphale, entre dérive illibérale et ralentissement économique

Dates :
Lundi 12 avril 2021 - 18:30 - 20:30
Lieu :
En ligne
Wikimedia Commons

Prime Minister of India Narendra Modi at an informal meeting of heads of state and government of the BRICS countries, Hamburg 2017 CC BY 4.0 www.kremlin.ru


Lundi 12 avril 2021 de 18h30 à 20h30 - Evènement en visioconférence sur la plateforme Zoom
Voir le replay de la conférence sur YouTube

 
 
Inscription obligatoire
via le formulaire d’inscription, en ligne ici.

Le lien Zoom et les informations de connexion seront envoyés par courriel.
 
 

L’Inde de Modi, deux ans après sa réélection triomphale, entre dérive illibérale et ralentissement économique


Il y a deux ans de cela, en mai 2019, Narendra Modi remportait haut la main les élections générales indiennes. Alors que nombre d’analystes envisageaient une possible défaite du Premier ministre, ou du moins un recul de sa majorité, il confortait au contraire largement celle-ci.
 
Fort de ce triomphe électoral, Modi a largement accentué sa politique fondée sur l’hindutva, la doctrine de la suprématie hindoue par rapport aux autres religions du pays, et singulièrement la religion musulmane. Des décisions choc se sont succédées comme la révocation du statut particulier dont bénéficiait le Cachemire, seul Etat de la Fédération indienne à majorité musulmane, ou le lancement de la construction d’un temple consacré au dieu Ram sur l’emplacement d’une mosquée détruite par les militants hindouistes. Point d’orgue de cette politique : une loi donnant la possibilité d’accorder la nationalité indienne aux étrangers à condition qu’ils ne soient pas musulmans. Projet qui allait jeter dans les rues indiennes des dizaines de milliers de manifestants et mettre à feu et à sang certains quartiers de Delhi.
 
En parallèle, la dérive « illibérale » du régime s’est accentuée avec de nombreuses mesures frappant les médias, les universités, les ONG, et le recours de plus en plus fréquent aux lois anti sédition contre les opposants.
 
Simultanément, l’Inde a subi de plein fouet la crise du Covid. Un confinement extrêmement brutal a jeté sur les routes des milliers de migrants de l’intérieur privés de toute ressource du jour au lendemain et cherchant à regagner leur village d’origine. L’économie, déjà en net ralentissement avant la crise sanitaire, s’est effondrée au deuxième trimestre 2020 avec une chute du PIB de 24%. L’heure est désormais au rebond mais des inquiétudes demeurent quant à l’impact de la crise sur le secteur informel dont dépend la majorité de la population. L’adoption de mesures de modernisation de l’agriculture suscite en outre un rejet massif de la part des paysans dont la colère ne faiblit pas depuis plusieurs mois.
 
Au niveau international, l’Inde a été confrontée à un défi majeur : des affrontements violents avec les troupes chinoises tout au long de la frontière entre les deux pays dans l’Himalaya. Une dégradation des relations entre Delhi et Pékin qui peut renforcer la place de l’Inde en tant qu’allié des pays occidentaux contre la menace chinoise.
 
Notre conférence cherchera à analyser ces multiples défis et évolutions radicales qui secouent le deuxième pays le plus peuplé de la planète.
 
Pour en discuter, trois intervenants :
  • Isabelle Joumard, cheffe de division à l’OCDE, responsable des Études économiques sur dix pays dont l’Inde
  • Christophe Jaffrelot, directeur de recherche au CERI/CNRS et professeur à Sciences-Po
  • Jean-Luc Racine, directeur de recherche émérite au CNRS et chercheur senior à Asia Centre
 
Modérateur : Patrick de Jacquelot, journaliste à Asialyst, ancien correspondant des Echos en Inde


Co-organisateurs : Inalco et Asialyst.com, le site d'information et d'analyse sur toute l'Asie
Contact Asialyst : contact@asialyst.com 

Type : 

  • Conférences, tables rondes, ateliers