Millénaire Rrom : bilan et perspectives

Dates :
Jeudi 5 novembre 2020 - 09:00 - Vendredi 6 novembre 2020 - 19:00
Lieu :
Inalco, Maison de la recherche - 2, rue de Lille, Paris 75007
Colloque international

Millénaire Rrom : Bilan et perspectives


Les modalités d'inscription seront précisées ultérieurement 

 
Comité scientifique :
Marcel Courthiade, MCF HDR, PLIDAM
Ursula Baumgardt, PU, PLIDAM
Frosa Pejoska-Bouchereau, PU, PLIDAM
Aliou Mohamadou, PU, PLIDAM
Thomas Szende, PU, Directeur de PLIDAM
 
 
Organisateurs :
Marcel Courthiade, docteur en sciences du langage ; maître de conférences habilité à diriger des recherches ; titulaire depuis 1997 de la chaire de langue et civilisation rromani à l'Inalco ; commissaire à la langue et aux droits linguistiques de l’Union Rromani Internationale ; consultant de plusieurs gouvernements pour l'éducation des Rroms. V. biographie et bibliographie sur http://www.Inalco.fr/enseignant-chercheur/jean-marcel-courthiade
Dernier ouvrage publié : Petite histoire du peuple rrom. Première diaspora historique de l’Inde, Paris, Le Bord de l’eau, 2019
Mila Dragović, docteur en traductologie, professeur certifié de Lettres modernes, membre de PLIDAM
Iovanca Gaspar, doctorante en sociolinguistique, Université Friedrich Schiller, Iéna
 
Peinture "O Baro Telăripen" de Ornella Rudeviča représentant une procession Rrom


À l’origine de ce colloque, plusieurs dates.
La première est annuelle, le 5 novembre, Journée mondiale de la langue rromani, proclamée en 2015 par l’UNESCO « pour encourager la préservation de la langue rromani et de la culture rrom, améliorer le bien-être des Rroms et reconnaître l’importance de toutes les langues, dont la diversité est une source de force pour toutes les sociétés ».
 
Les autres dates sont exceptionnelles.
D’abord, le millénaire de l’exode des ancêtres des Rroms de la ville de Kannauj en Inde (en actuel Uttar Pradesh), commémoré en grande cérémonie en Inde en hiver 2018/2019.
Ensuite, le sixième centenaire de la première mention de Rroms en France : c'était en août 1419, à Châtillon-sur-Chalaronne…
Enfin, le trentième anniversaire de l’orthographe unifiée du rromani, adoptée au Congrès de l’Union Rromani Internationale à Varsovie en 1990, et dont Marcel Courthiade a été un des coordinateurs.

À l’heure actuelle, où la « question rrom » n’occupe le devant de la scène politique et médiatique européenne que par rapport à la problématique de l’« intégration », terme élastique mais qui convoie essentiellement une injonction à l’assimilation, il est nécessaire de rétablir la réflexion sur le peuple rrom et sa langue en partant de perspectives moins politisées.
Ce colloque a pour but de promouvoir une meilleure connaissance des Rroms et de leur culture, de contribuer à remettre en question certains stéréotypes profonds et récurrents sur ce « peuple sans frontières », dont le ciment n’est ni le territoire matériel, ni la religion et ses dogmes, mais la langue/culture et le sentiment profond d'être spécifiquement Rrom. L’exemple de ce peuple, qui a souffert à travers l’histoire ce qu’il y a de pire : l’exode forcé, l’esclavage et le génocide, a beaucoup à nous enseigner sur la construction des ponts entre les cultures (voir Les Rroms comme pont entre les nations, Belgrade, European Center for Peace and Development (ECPD), 28 octobre 2017) et sur la nécessité de donner à tous une éducation en langue maternelle, conformément à la vision fondatrice de l'UNESCO, ou une éducation décente tout court. Il nous interpelle sur de nombreuses questions actuelles dans notre société moderne: les droits des minorités, la diversité, l'intégration sous ses diverses conceptions, le respect mutuel, la tolérance… mais aussi les dévoiements possibles de ces nobles desseins. Au-delà de leurs connotations morales et politiques, ces questions seront abordées d'un point de vue scientifique, présageant de conclusions qui pourront être utiles pour bien d'autres.


PROGRAMME
 
Jeudi 5 novembre 2020
 
9h Accueil : Bienvenue chez les Rroms
 
9h30-10h30
Bienvenue par Thomas Szende, Directeur de PLIDAM
Allocution de M. Paul de Sinety, Délégué général à la langue française et aux langues de France (DGLFLF)
Hommage par Marcel Courthiade à Mme Sushma Swaraj, Ancienne Ministre des Affaires Etrangères de l’Inde
Allocution de Dr Normunds Rudevičs, Président de Maśkarthemutni Rromani Unia (Union romani internationale - URI/IRU)
Message de Rajko Đurić, écrivain, membre de SANU, ancien président de Maśkarthemutni Rromani Unia
 
11h-13h
Séance 1 : Les Rroms à travers l’histoire
Président de séance : Aliou Mohamadou, PU, PLIDAM
 
Zameer Anwar, doctorant, conseiller au Centre for Roma Studies and Cultural Relations (CRSCR, ARSP), New Delhi
Tracing the origin of the Rromani people back to India : significance of historical and cultural references
 
Dr Darko Tanasković, professeur émérite, Université de Belgrade, ancien ambassadeur de Serbie à l’UNESCO
Le peuple rrom à la période ottomane
 
Me Daniel Vasile, avocat, député, représentant de la minorité rrom au Parlement de Roumanie
Slavery after abolition : the case of Rroms in Moldova
 
Bernard Mossé, responsable Recherche et Formation à la Fondation du Camp des Milles, Aix-en-Provence ; coordonnateur de la Chaire UNESCO « Education à la citoyenneté, sciences de l’Homme et convergence des mémoires »
Samudaripen, Shoah... : pour une convergence de la mémoire des génocides
 
13h-14h Pause déjeuner
 
14h-15h30
Séance 2 : La langue rromani, reconnaissance et didactique
Présidente de séance : Mila Dragović, PLIDAM
 
Dr Shashi Bala, professeur de sanskrit, doyenne de l’Académie Internationale de la Culture indienne, présidente du Centre d'indologie Bharatiya Vidya Bhavan, New Delhi
Sanskrit and Rromani : setting forth an agenda for further research in diachronic linguistics
 
Dr Ian Hancock, professeur émérite, University of Texas, Austin
La grammaire comparée au service de la datation de faits historiques : le genre neutre des substantifs dans les langues issues du sanskrit
 
Dr Thede Kahl, Directeur du Déparement de Slavistique, Université Friedrich Schiller, Iena
Le rromani et les langues en contact
 
Dr Marcel Courthiade, commissaire à la langue et aux droits linguistiques de l’URI, titulaire de la chaire de langue et civilisation rromani, Inalco
Ismet Jašarević, enseignant de rromani, Novi Sad
Affirmation et standardisation de la langue rromani : état des lieux depuis le Congrès de Varsovie (1990)
 
Masako Watabe, doctorante, master en rromani, Inalco
Développement de la plate-forme NooJ pour le rromani et informatisation du matériel pédagogique
 
15h30-16h Pause
 
16h-17h
Séance 3 : Ressources pédagogiques et documentaires
 
Nicolas Pitsos, BULAC, docteur en histoire, membre associé du CREE, Inalco
Ressources documentaires sur les Rroms et le rromani
 
La langue rromani : une richesse pour la diversité et l’éducation. Extraits de l’exposition inaugurée au Conseil de l’Europe (2014) et présentée à New-Delhi (2016 et 2018). Diaporama en guise de visite guidée par Orhan Galjuš
 
Zlatomir Jovanović, éditeur, « Rrom produkcija », Belgrade
Editions en rromani : matériel pédagogique, littérature, rromologie
 
 
18h-20h Hors les murs
 
Soirée culturelle à l’occasion du 5 novembre, Journée mondiale Unesco de la langue rromani
 
Romanès - Cirque Tsigane, Square Parody, Boulevard de l'Amiral Bruix, 75016 Paris
avec le soutien des associations Rromani Baxt et La Maison du Hérisson
 
Au programme :
lecture de : Alexandre Romanès, De sang et d’or / Ratesθar aj sumnakajesθar
numéros de cirque dans la tradition de la famille Romanès
et de la musique…
 
Contribution libre
Réservation obligatoire, par courriel : maisonduherisson[at]laposte.net 


 
Vendredi 6 novembre 2020
 
10h-12h30
Séance 4 : Diaspora, migrations, intégration, citoyenneté – regards croisés
Table ronde présidée par Frosa Pejoska-Bouchereau, PU, Directrice de l’Ecole doctorale, Inalco
 
Orhan Galjuš, président de Euroasian Rroma Academic Network (ERAN), ancien lecteur de rromani à l’Inalco
Orientalisme, Gypsylorisme et leur déconstruction
 
Iovanca Gaspar, doctorante en sociolinguistique, Université Friedrich Schiller, Iéna
Les Rroms en Autriche et en Allemagne: deux cas de figure de politiques sociales
 
Christina Alexopoulou, ATER en psychologie clinique sociale, Université d’Angers / BePsyLab, CREE, Inalco
De quoi l'Ange blond est-il le nom, le symbole ou le symptôme ?  Discours, représentations et pratiques autour d'enfants rroms dans l'espace public
 
Morgan Garo, docteure en géopolitique (IFG Paris 8), coordinatrice de la Mission de lutte contre le décrochage scolaire, Rectorat de Caen, diplômée de rromani à l’Inalco
Lutter contre les discriminations envers les Rroms
 
12h30-14h Pause déjeuner
 
14h-18h
Séance 5 : Les arts et les traditions rromani
Présidente de séance : Ursula Baumgardt, PU, PLIDAM
 
Jeanne Gamonet, médiatrice-interprète, ancienne étudiante de rromani, master de sanscrit, Inalco
La traduction du Ramayana en rromani et en français
 
Jeta Duka, ancienne chargée de cours, Inalco
Les pratiques de divination chez les Rroms
 
Marina Obradovic, peintre, photographe, diplômée de l’École des Beaux-Arts, assistante de réalisation de Toni Gatlif
Mon expérience multicolore auprès des Rroms

Irena Bilitch, réalisatrice, fondatrice du festival « Europe autour de l’Europe »
Les Rroms au cinéma, autrement. La « trilogie rromani » de Želimir Žilnik : Kenedi rentre à la maison (2003), Kenedi perdu et retrouvé (2005), Kenedi se marie (2007)
Projection d’extraits et discussion à distance avec l’auteur
 
Adrian Gaspar, compositeur, Vienne
Santino Spinelli, musicologue, MCF, Université D’Anunzio, Chieti-Pescara
L'apport rrom dans la musique classique européenne
 
Léa Longeot, architecte DPLG, ancienne étudiante de rromani à l’Inalco ; coordinatrice de l’association Didattica, ENS d’Architecture de Paris La Villette
Repenser le territoire avec les Rroms : espace politique et culturel
 
Informations diverses
 
18h30-19h
Conclusion du colloque par Marcel Courthiade
Les défis de la rromologie et la place du patrimoine culturel rrom en tant que patrimoine mondial

 
Le peuple rrom vient de la moyenne vallée du Gange, en Inde du Nord, même s'il ne s'est constitué en ethnie consciente de sa spécificité qu’en Asie Mineure, où il s’est installé après l’exode forcé de leur berceau Kannauj. Cette ancienne capitale de l’Inde a été pillée en hiver 1018-1019 par le sultan Mahmoud de Ghazni, qui en a déporté presque toute la population, soit « 53.000 hommes, femmes et enfants, pauvres et riches, clairs et sombres de teint, par familles entières ».
A travers des siècles de statut sub-humain qui leur a été infligé, notamment lors du Samudaripen perpétré pendant la Seconde guerre mondiale, les Rroms ont gardé leurs coutumes et leurs valeurs, leur organisation sociale, leur langue et leur musique bien vivantes, ainsi que leur identité et leur dignité.
La langue rromani appartient à la même famille que le sanskrit, dont elle est demeurée particulièrement proche. Sa vitalité à travers les siècles est prouvée par le fait qu’elle est utilisée encore dans le quotidien par environ une moitié des 15 à 20 millions de Rroms à travers le monde, ce qui est un miracle comparé à l’état de fait linguistique d’autres diasporas. Le rromani comporte quatre dialectes, dont l’alphabet commun a été officialisé en 1990. Au-delà d’une littérature orale très riche, une littérature écrite s’est développée depuis les années 1920.
Avec le yiddich et l’arménien occidental, le rromani est une des plus représentatives parmi les langues « sans territoire compact » (il y en a dix en Europe), qui nous offrent une vision du patrimoine et de l’identité bien différente de la notion de territoire. Comme l’écrivait le linguiste Bernard Cerquiglini dans son rapport sur les langues de France, « le vrai territoire d’une langue est la tête de ceux qui la parlent ».

 
Le colloque international « Le Millénaire Rrom – bilan et perspectives », sous l’égide de l’équipe de recherche PLIDAM, se situe dans la droite ligne du message délivré le 5 novembre 2019 par Mme Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO, dont voici un extrait :
« Avec la langue romani – « Romani ćhib » – s’offre à l’humanité entière l’archive vivante d’une longue histoire migratoire [dont les parlers] retracent les influences nombreuses et diverses qui l’ont façonnée : aux racines sanskrites et hindi, s’ajoutent des origines persanes, arméniennes, ou encore grecques.
Cette langue ancienne, riche de cette histoire connectée, est aujourd’hui menacée d’extinction. Avec elle, c’est l’identité, la culture et un patrimoine riche en connaissances et en savoir-faire qui sont en péril.
Cette journée mondiale de la langue romani est l’occasion de la mettre en avant, dans sa richesse et dans sa singularité, afin qu’elle soit mieux comprise et protégée au mieux.
Cela passe par son enseignement, en particulier pour les enfants roms dont c’est la langue maternelle car une langue vivante est avant tout une langue qui se pratique au quotidien ; mais cela passe aussi par des politiques ambitieuses pour lutter contre toutes les formes de discrimination et pour soutenir les Roms, leurs droits fondamentaux, leur inclusion sociale et leur développement.
Protéger leur langue, c’est travailler à leur considération ; préserver leur langue, c’est aussi contribuer à un monde dont la polyphonie est un atout. Chaque langue qui disparaît est un appauvrissement de notre humanité, un rétrécissement anthropologique contre lequel il convient de lutter de toutes nos forces. »
Département :
Equipe de recherche :

Type : 

  • Colloques et journées d'étude
Langue :