Reporté à une date ultérieure - Conférence : « Patrimoine numérique et phénomène de patrimonialisation : état de l'art, enjeux et perspectives pour l'arménien »

Dates :
Lundi 23 novembre 2020 - 18:00 - 19:00
Lieu :
Inalco, Maison de la Recherche (2, rue de Lille 75007), Auditorium

Reporté à une date ultérieure.

livre ouvert

Festival Transcaucases 2020

Le Festival Transcaucases revient pour sa seconde édition à l'Inalco, avec une série d'événements culturels et scientifiques consacrée au Caucase, tel qu’il est vécu, perçu, étudié, fantasmé, raconté par des artistes, des chercheurs, des voyageurs et des acteurs de terrain. Le Festival Transcaucases aspire à une volonté d’ouverture disciplinaire, à travers plusieurs domaines de la création artistique et culturelle, ainsi qu’au décloisonnement des cultures de la région. À travers cette programmation variée, l’édition 2020 du Festival Transcaucases permet des échanges en explorant différents champs de la création artistique et scientifique.

Conférence : « Patrimoine numérique et phénomène de patrimonialisation : état de l'art, enjeux et perspectives pour l'arménien »

Intervenant : Chahan Vidal-Gorène
Chahan Vidal-Gorène est actuellement en doctorat de paléographie arménienne et vision par ordinateur à l'École Nationale des Chartes-PSL, où il enseigne dans le cadre du Master Humanités Numériques. Ses recherches portent notamment sur le traitement automatique de la langue arménienne et des problématiques liées au patrimoine numérique. Il est le fondateur du projet Calfa, dédié au TAL et à la vision par ordinateur (OCR/HTR) pour les langues orientales et peu dotées.
 
L'apport du numérique au patrimoine est désormais un fait avéré pour tous les publics : nouveaux outils, accessibilité, préservation, bien que les développements soient souvent perçus comme réservés à un public d'experts. Si le numérique a un temps été considéré comme moyen pour l'archivage et la conservation, les applications et moyens se sont démultipliés et permettent aujourd'hui d'assister pleinement le chercheur dans ses travaux, de dénicher de nouveaux publics voire même d'impliquer les particuliers dans la patrimonialisation des fonds en les intégrant comme acteurs centraux de ce processus, aux côtés des chercheurs et des institutions.
Car outrepassant les copies numériques d'un patrimoine dormant comme celui des fonds manuscrits ou d'images 2D/3D de vestiges en danger, le numérique ne se définit plus comme un agglomérat d'outils purement fonctionnels. Les objets patrimoniaux sont à appréhender pour eux-mêmes et peuvent être valorisés par tous les publics avec de nouvelles méthodologies pour faire de leurs doubles numériques des objets à part entière qui amènent à de nouveaux usages. La présentation s'intéressera aux initiatives en cours dans le domaine des études arméniennes en dressant un état de l'art des bases de données pour le traitement automatique des langues, de l'imagerie 3D pour l'archéologie et l'architecture, ou encore la numérisation des archives. Si ces données semblent au premier abord très spécialisées, les plateformes proposent désormais de nombreux outils pour engager les non-spécialistes dans leur étude et permettre de dépasser la simple fonction d'archive dormante. La présentation tâchera de mettre en évidence l'intérêt du numérique dans les études arméniennes pour et par tous les publics.
 

En raison des mesures sanitaires, inscription préalable obligatoire ICI
Entrée gratuite.
Département :

Type : 

  • Conférences, tables rondes, ateliers
Langue :
Région du monde :
Europe et Eurasie