Séminaire du CERMI : Sociétés, politiques et cultures du monde iranien

Dates :
Jeudi 20 janvier 2022 - 17:00 - 19:00
Lieu :
Inalco, 65 rue des Grands Moulins, Paris - entièrement en ligne
Séminaire mensuel du CERMI « Sociétés, politiques et cultures du monde iranien »

 
Séance en visioconférence

Inscription obligatoire via ce formulaire jusqu'à 24h avant le début de l'événement.

Les liens de connexion seront envoyés aux participants inscrits.
 
 

Les représentations de l’exil dans les chants et poèmes populaires afghans

Par Belgheis Alavi Jafari docteure en lettres modernes et chargée de cours à l’Inalco.

Résumé :
Cette intervention porte sur la voix des exilés et la représentation qu’ils se font de leur vie loin du pays natal, et d’eux-mêmes. Les poèmes et les chants populaires expriment leur nostalgie et la souffrance collective face à la perte et au sentiment d’absence qui caractérise leur vie. Ces modes d’expression sont également utilisées pour inciter les exilés au retour, et certains chants récents, comme outils de contestation au sein de la société d’accueil autant qu’envers le gouvernement afghan.
 
Orientations bibliographiques :
  • Baily, J. and Collyer, M. (2006), Introduction: Music and Migration, Journal of Ethnic and Migration Studies, 32 (2), pp. 167-182.
  • Jafari, B. A., & Schuster, L. (2019). Representations of Exile in Afghan Oral Poetry and Songs. Crossings: Journal of Migration & Culture, 10 (2), pp. 183-203.
  • Olszewska, Z. (2007), A Desolate Voice: Poetry and Identity among Young Afghan Refugees in Iran, Iranian Studies, 40(2), pp.203–224.
 
Abdollah Alavi
 © Abdollah Alavi
 


Miroir, prisme et réflexion : la mosaïque du moi dans La maison des Edrissi de Ghazâleh Alizâdeh

Par Shafigheh Keivan doctorante en littérature comparée à l'Université Lyon 3 et à l’Inaclo.
 
Résumé :
Dans cette présentation, nous verrons comment, dans La maison des Edrissi (1992), roman écrit par Ghazâleh Alizâdeh (1949-1996), l’image de la femme et son rapport au miroir font l’objet d’une réappropriation symbolique propre à rendre au moi féminin sa complexité confisquée par la littérature masculine. Nous nous proposerons plus particulièrement de mettre en lumière l’esthétique textuelle de cette romancière iranienne où miroir et reflets reconstruisent l’image du moi féminin à travers une palette de couleurs et de tons en rupture avec le noir et blanc bipolaire de l’imaginaire masculin.

Orientations bibliographiques :
  • Alizâdeh, Ghazâle. Khâne-ye Edrissi-hâ. Tehran : Enteshârât-e Tus, 1399/2018.
  • Ishaghpour, Youssef. Le Tombeau de Sadegh Hedayat. Fourbis, 1991.
  • Hosseini, Maryam. Rishehâ-ye zansetizi dar adabiyât-e klâsik-e fârsi. Tehran : Nashr-e Cheshmeh, 1388/2009.
 
Private collection, Courtesy of the artist and The Third Line, Dubai
 © Sunset, 2015 par Monir Shahroudy Farmanfarmaian, Private collection, Courtesy of the artist and The Third Line, Dubai
Equipe de recherche :

Type : 

  • Séminaires doctoraux