En direct de l'Inalco - Taïwan face à la menace chinoise



Connectez-vous à votre compte Google pour utiliser le tchat ci-dessous.



Au début du mois d'août, Taïwan est devenu, l'espace de quelques jours, l'un des points de tension les plus scrutés par la communauté internationale. Il aura suffi de la visite sur l'île de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, pour que Pékin crie à la provocation et déclenche de gigantesques manœuvres militaires, opérant un blocus de Taïwan et ses 24 millions d'habitants. Si les navires de guerre se sont depuis éloignés, les avions et drones chinois franchissent presque chaque semaine la ligne médiane qui sert normalement de barrière aux deux territoires.

 Xi Jinping, qui a vu ses pouvoirs renforcés lors du 20e congrès du Parti communiste, semble plus décidé que jamais à prendre le contrôle de l'île voisine. Il s'est notamment entouré de généraux loyaux au sein de la très puissante Commission militaire centrale. L'un d'entre eux, He Weidong, était aux avant-postes des récents exercices autour de Taïwan.

 Le gouvernement taïwanais revendique, lui, son droit à l'autodéfense et peaufine sa doctrine de "guerre asymétrique" en vue d'anéantir toute tentative de débarquement chinois sur l'île. Face aux sanctions économiques et à l'isolement diplomatique imposés par la Chine, Taipei tente de s'appuyer sur le soutien des États-Unis et de leurs alliés.
 
Quel est le niveau de risque d'un dérapage majeur dans le détroit de Taïwan ? L'armée chinoise, bien supérieure numériquement, peut-elle si facilement conquérir Taiwan et ses 24 millions d'habitants ? Quelle aide attendre de Washington, qui s'engage à soutenir Taïwan en cas d'agression, sans en préciser les contours ?
 
Avec :
  • Sébastien Colin, sinologue et géographe, maître de conférences au département Chine de l’Inalco. 
  • Juliette Genevaz, maître de conférence en science politique à l 'Université Jean Moulin (Lyon III) et chercheure associée à l'Institut français de recherche sur l'Asie de l'Est (IFRAE/Inalco)
  • Pierre-Antoine Donnet, journaliste à Asialyst, ancien correspondant de l'AFP à Pékin.  
Modérateur : 
  • Baptiste Fallevoz, journaliste à Asialyst et France 24. Ancien correspondant en Chine.