Journée d'étude : Editer et traduire des corpus judéo-espagnols. Un enjeu pour la survie de la langue, le 12 novembre

Cette première journée d'étude et de réflexion du projet ANR LJ TRAD « La traduction comme enjeu de survie pour les langues juives en tant que langues post-vernaculaires » porté par l'équipe de recherche CERMOM (Inalco), s'intéressera aux corpus écrits et/ou oraux en judéo-espagnol. Mardi 12 novembre à l'Inalco.
Pointe de stylo-plume qui trace des lettres sur papier
Le Centre de recherche Moyen-Orient-Méditerranée (CERMOM) organise, dans le cadre du projet ANR LJ TRAD, une journée d'étude et de réflexion consacrée aux corpus écrits et/ou oraux en judéo-espagnol.

Organisatrices : Sarah Gimenez et Marie-Christine Bornes-Varol (CERMOM, Inalco)

Contacts : sarahgimenez@live.fr


Mardi 12 novembre - 8:30 - 18:00 - salle 3.15
Inalco - PLC - 65, rue des Grands Moulins - 75013 Paris
 

Editer et traduire des corpus judéo-espagnols. Un enjeu pour la survie de la langue

Argumentaire
Le travail de traduction est un exercice périlleux et ingrat. Le rôle du traducteur, aussi traître soit-il, n’en reste pas moins essentiel dans la transmission de la pensée d’un auteur à son lectorat. Et dans le cas de langues minoritaires, il peut devenir décisif dans la visibilité d’une langue pour le grand public. Dans ce domaine le judéo-espagnol manque regrettablement de visibilité.

Les spécialistes du yiddish comme Arnaud Bikard, Jeffrey Shandler ou Amelia Glaser parlent tous pour cette langue de stade post-vernaculaire. La langue n’est plus parlée au sein de la communauté au quotidien mais est étudiée dans une perspective mémorielle : elle fait l’objet d’un intérêt à la fois culturel (concerts, représentations théâtrales…) et académique (publications, cours de langues). Le statut du judéo-espagnol oriental, quant à lui fait débat : postvernaculaire en Europe (France, Grèce), au Canada, aux USA (cf. TK Harris; S. Bunin Benor; Brink-Danan), vernaculaire en Turquie (Istanbul & Izmir) où il sert de langue de communication à la fin de l’office à la synagogue, à la maison de retraite communautaire, entre membres d’une même famille, son statut actuel en Israël est mal établi.
 
Dans le cas du judéo-espagnol on se heurte en outre, malgré les efforts récents, au déficit de publications qui font que la littérature judéo-espagnole est mal connue de ses propres locuteurs.
 
Des anthologies et des bibliographies existent en judéo-espagnol mais elles sont très partielles et/ou anciennes : Kayserling, Franco, Lazar, Molho, Grunbaum, Birmizrahi. L’on constate d’autre part qu’il y a un plus grand nombre de traductions vers le judéo-espagnol que de traductions depuis le judéo-espagnol.
On ne dispose enfin que de peu d’outils fiables pour les traducteurs (dictionnaires, lexiques, ressources en ligne…).
 

Le projet ANR LJ TRAD : La traduction comme enjeu de survie pour les langues juives en tant que langues post-vernaculaires

Projet ANR LJ Trad. n°18-CE27-0014 - Culture, créations, patrimoine

Ce projet scientifique, démarré en décembre 2018 pour une durée de 3 ans et porté par le Centre de recherche Moyen-Orient-Méditerranée (CERMOM) cherche à proposer une approche systématique et compréhensive de la traduction des langues juives (yiddish, judéo-espagnol, judéo-arabe).

Partant du constat que ces langues ont perdu, dans les dernières décennies, une grande partie de leurs locuteurs et que leur culture est aujourd'hui abordée, réinvestie, revisitée par de nouvelles pratiques ne supposant pas la maîtrise linguistique, ces langues ont été définies comme post-vernaculaires. Ce nouvel état de fait place la traduction au centre de toute stratégie patrimoniale de conservation et de transmission de l'héritage des langues juives. Il semble donc essentiel non seulement de faire le bilan des traductions de ces langues existant en français, mais aussi de réfléchir sur les écueils particuliers que la traduction doit surmonter lorsqu'elle aborde cet univers culturel imprégné de notions religieuses, au matériel linguistique mixte dont chaque composante peut être utilisée librement pour colorer différemment le message transmis.

En savoir plus sur ce projet sur le site de l'ANR

Langue(s)