Entretien avec Anna Niskovskikh, étudiante de master à l'Inalco et ambassadrice EU Careers

Anna Niskovskikh, étudiante en M2 Traitement automatique des langues, a été choisie par l'Office européen de sélection du personnel pour devenir ambassadrice EU Carreers durant l'année universitaire 2020-2021. Sa mission : informer les étudiants de l'Inalco sur les différentes opportunités professionnelles existantes au sein des institutions et agences de l'Union Européenne.
Anna Niskovskikh
Covid oblige, ce travail d'information se déroule principalement via les réseaux sociaux. Sur le groupe Facebook et la page Instagram créés spécialement pour l'occasion, Anna partage des offres d'emploi, de stages ou de concours, et diffuse des informations sur les opportunités de carrière, sur l'organisation et les différentes étapes du processus de sélection, ainsi que des conseils pratiques pour les futurs candidats. 

L'Office européen de sélection du personnel (OESP) est une agence transversale européenne chargée de la sélection du personnel pour les institutions et agences de l'Union européenne, notamment le Parlement européen, le Conseil de l'Union européenne, la Commission européenne, la Cour de justice, la Cour des comptes, le Service européen pour l'action extérieure, le Comité économique et social, le Comité des régions, le Superviseur européen de la protection des données et le Médiateur européen. Chaque institution est ensuite en mesure de recruter du personnel à partir d'un ensemble de candidats sélectionnés par l'OESP.

Qu'est-ce qui vous a amené à déposer votre candidature pour devenir ambassadrice EU Careers ?

Étant d’origine russe et habitant en Europe, j’ai toujours cherché à m’intégrer le plus naturellement possible dans cette grande société, donc voir et comprendre plus profondément l’idéologie de cet organisme, ses valeurs, sa philosophie et son système de fonctionnement m’intéressait beaucoup. La chance m’a souri : au début du deuxième semestre de mon M1, j'ai reçu un message transféré de la part de l'EPSO (European Personnel Selection Office), envoyé à la liste de diffusion de l’Inalco et j’ai postulé tout de suite, sans réfléchir, pour devenir ambassadrice de l'EU Careers dans notre université.
D’après moi, les deux meilleurs points de ce statut sont, tout d’abord, de rencontrer des gens passionnés et curieux de toute l’Europe et d’aider les deux côtés à la fois - l’Inalco et l’Union européenne. Tant que c’est utile pour un grand nombre de personnes et tant que je peux y contribuer en obtenant une expérience unique, mes yeux s’illuminent pour toutes activités à venir : me voilà ambassadrice de l’UE tout comme Angelina Jolie pour l’ONU.

Comment se sont déroulés le recrutement et la formation ? 

Comme pour la plupart des concours, il m’a fallu composer un dossier en ligne avec une lettre de motivation. Tout était en anglais, même si le français fait partie des trois langues officielles les plus utilisées au sein des institutions européennes. Normalement, j’aurais dû avoir un entretien après avoir validé ma candidature de la première étape, mais il n’a pas eu lieu à cause du coronavirus. Le poids important de sélection reste quand même la lettre de motivation, comme un peu partout.
La formation s’est également déroulée en ligne au début du mois d’octobre. Les ambassadeurs des années précédentes se déplaçaient à Bruxelles pour y assister mais, malheureusement, la situation sanitaire actuelle ne nous l’a pas permis. Malgré ce petit inconvénient, la formation d’une journée s’est très bien passée ! Durant cet évènement nous avons eu la chance d’échanger avec le personnel de l’UE, y compris la directrice de l’EPSO, Mme Minna Vuorio, leur poser nos questions, nous inspirer de leur expérience... Nous avons ainsi participé à des masterclasses diverses, non seulement en lien direct avec notre activité en tant qu’ambassadeurs, mais aussi pour améliorer nos compétences personnelles, en art oratoire, par exemple. À la fin de la formation, nous avons tous obtenu un certificat officiel affirmant notre statut d’ambassadeur durant cette année scolaire.

Quelles sont les opportunités professionnelles existantes au sein des institutions/agences de l'UE pour un étudiant de l'Inalco ?

La chose très importante que je dois mentionner est que chaque personne, avec n’importe quelle expérience, ayant n’importe quel niveau de formation, maîtrisant au moins deux langues européennes, représente un grand intérêt pour l’Union européenne.
En parlant particulièrement d’un étudiant de l’Inalco, les domaines de traduction et d'interprétation, de relations et de commerce internationaux peuvent être des plus attirants. Cependant, il existe un tas de postes différents : linguistes, informaticiens, scientifiques, assistants, spécialistes en communication, en finance et bien d’autres - à chacun sa part du gâteau.
Un autre détail à préciser est que l’UE, souhaitant maintenir de bonnes relations avec d’autres pays, dispose de délégations hors de l’Union européenne, ce qui veut dire que la maîtrise d’une ou plusieurs langues orientales peut vous aider à intégrer ses institutions.

Quelles informations utiles peut-on retrouver sur le groupe Facebook et la page Instagram EU Careers Inalco ?

Les médias des ambassadeurs de EU Careers existent avant tout pour aider le personnel EPSO à diffuser des opportunités professionnelles au sein des institutions de l’UE ainsi que de partager de l’information pratique et générale pour le futur candidat. Les questions personnelles peuvent être également posées en message privé, en commentaire ou à l’adresse mail dédiée que vous pouvez trouver sur ma page Instagram ou Facebook.

En tant qu'ambassadrice, que pouvez-vous apporter aux étudiants de l'Inalco ?

Mon rôle est de mieux faire connaître l’UE en général et ses opportunités professionnelles auprès des Inalconiens et Inalconiennes. Répondre à leurs questions, mieux les renseigner, partager des astuces, les encourager font partie de mes responsabilités.

Souhaitez-vous à l'avenir travailler dans l'une des institutions de l'UE ?

C’est une très bonne question. Oui, en effet, la possibilité de travailler pour l’UE me tente, tout d’abord parce que c’est un grand organisme d’idées et de réflexion, très puissant et respectueux. La deuxième chose qui m’attire est que c’est très sélectif et j’aime me lancer des défis. Le troisième point important est que c’est un endroit multinational où nous pouvons rencontrer des gens intéressants, cultivés et tous différents. La différence nous nourrit davantage de nouvelles idées et une pareille collaboration donne des fruits plus mûrs, si nécessaires pour notre bel avenir.
Portant deux cultures à la fois, je suis particulièrement intéressée par ma contribution au développement de la coopération de la délégation de l’UE à Moscou avec la Russie.

Sur le plan personnel et/ou professionnel, qu'est-ce que ce rôle vous apporte ?

L’essentiel est que cette activité me fait rencontrer de jeunes gens motivés avec des parcours très divers de l’Europe entière et le fait que je fasse quelque chose d’utile pour mes camarades de l’université et pour l’UE globalement m’encourage encore davantage. Ce rôle me donne de nouvelles réflexions sur mon futur professionnel et me nourrit de nouvelles connaissances, d'informations et de compétences. Cela me permet également de jeter un coup d’oeil sur le fonctionnement de l’UE. Un autre point important à mentionner est que ceci m’aide à enrichir ma vision du monde et à être encore plus ouverte et consciente de tout ce qui se passe autour de moi.