Conférence "La voix des femmes autochtones" à l'Inalco le 10 décembre

Femme autochtone se baignant dans un lac au milieu des montagnes

Présentation de l'association En Terre Indigène

 
L’association « En Terre Indigène » a pour objet de valoriser les peuples autochtones et leurs sociétés en transition qui se battent encore pour gagner leur place dans un monde globalisé. Cette association offre la possibilité de les écouter, d'échanger avec eux, de mieux comprendre et apprendre de ces peuples et de toutes ces sociétés en marge.
 

Présentation du projet « La voix des femmes autochtones »

logo femmes autochtones 2

Le projet « La voix des femmes autochtones » a pour ambition de porter et diffuser la parole des femmes autochtones à travers le monde, femmes longtemps ignorées et souvent discriminées, victimes de violences.
 
Ce projet, porté par l’Association « En terre indigène », s’inscrit dans un contexte favorable à sa visibilité : l’année 2019 sera l’année des peuples autochtones (décision ONU) et des langues autochtones (décision UNESCO), alors qu’en 2017 ONU Femmes a souligné l’importance de l’activisme des femmes indigènes du monde entier face aux défis du changement climatique, de la pauvreté, de la violence sexiste et des conflits armés.
 
A l'origine du projet, un travail d'enquête journalistique de plusieurs mois, initié par Anne Pastor (journaliste à Radio France, artiste sonore) a permis d'identifier des femmes qui chacune dans leur domaine, nous invitent à repenser un mode de développement plus durable, social, humain et original. Elles nous montrent la voie vers un monde plus mixte et nous font partager leur expérience.
C'est donc un voyage à travers la diversité des cultures et des peuples qui est à l'œuvre dans ce projet. Il est grand temps aujourd'hui d'écouter les femmes autochtones, d'apprendre avec elles, d’échanger et de construire un futur ensemble.
 

Contexte (données sociales, économiques et environnementales)

150 millions de femmes dans près de 90 pays font face à l'exclusion et à la marginalisation pour jouir pleinement de leurs droits. Elles sont encore particulièrement vulnérables et le niveau de violences, d'accès aux soins, de discriminations à leur encontre est beaucoup plus élevé que les autres populations.
Partout dans le monde ces femmes autochtones ont longtemps été ignorées. Très souvent exploitées et discriminées, en tant que femmes et « autochtones », elles se sont battues pour gagner leur place et leur reconnaissance.
Aujourd'hui, leur manière de penser et d’agir, leur pratique de la démocratie ou leur rapport à la nature nous interroge. Elles témoignent d'une richesse unique et inventent un laboratoire d'idées pour demain.
En outre, leur donner la parole et la conserver est une étape essentielle pour favoriser leur accompagnement par des organisations de solidarité.
 

L'objectif

Sensibiliser les publics aux combats de ces femmes indigènes et tirer les conséquences de leurs expériences pour favoriser le vivre-ensemble dans nos sociétés modernes.
 

La plateforme en ligne

La création d'une plateforme en ligne « La voix des femmes autochtones » a pour but la préservation et la diffusion de la parole des femmes autochtones (capsules sonores et photographiques).
C'est un lieu de transmission mémorielle pour les générations futures, un lieu d'échange et de découverte pour les générations d'aujourd'hui.
C'est une invitation à mieux comprendre le combat de ces femmes qui sont un véritable laboratoire d'idées pour demain.
 

La journée « Conférence » du 10 décembre 2018 à l'Inalco

 
Le 10 décembre 2018 l'association En Terre Indigène organise à l'Inalco à Paris une conférence internationale à l'occasion du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, de la femme et de l'enfant, avec le soutien d'une fondation pour la promotion des femmes, Radio France et Libération.fr
 
Ce sera le lancement du site « La voix des femmes autochtones » où seront mis en ligne les 10 premiers portraits sonores et photographiques de femmes autochtones emblématiques.

Déroulé de la journée :

Conférence à 11h30
La conférence sera organisée sous la forme d'une émission de radio, animée par Anne Pastor, en présence de quatre femmes invitées pour cette occasion (Québec, Maroc et Nouvelle Calédonie) :
  • Fanny Wylde, première avocate autochtone (amérindienne)
  • Fatima Tabaamrant, Raïssa, militante féministe et ancienne parlementaire, aujourd'hui présidente de l'association Tairin Wakal (amazigh du Maroc)
  • Khadija Arouhal Tililly, poétesse amazigh et militante féministe (amazigh du Maroc)
  • et Fara Caillard, kanak de Nouvelle Calédonie et vice-présidente des femmes d’Océanie (kanak néo-calédonienne)
Cette présentation sera suivie d'un temps d'échange avec le public, mais également en interaction avec les réseaux sociaux.
 
Cette présentation sera suivie d'un temps d'échange avec le public et sur les réseaux sociaux.
 
Temps de partage avec les associations étudiantes de l’Inalco à 13h30 
Un temps de partage est prévu à l'heure du déjeuner avec les associations étudiantes de l'Inalco des différentes zones géographiques concernées (Océanie, Afrique, Canada).
 
Ateliers à partir de 14h30 
Trois ateliers seront proposés en présence des quatre femmes autochtones invitées sur les thématiques suivantes : des violences faites aux femmes autochtones, de l’émancipation de la femme et de leur discrimination.
Des enseignants-chercheurs de l’Inalco, spécialistes des aires géographiques des différentes communautés autochtones, débuteront chaque atelier par une présentation du contexte de la zone concernée.
Ces ateliers sont ouverts à tous sur inscription.

Pour vous inscrire à la conférence : COMPLET http://www.inalco.fr/evenement/conference-ateliers-voix-femmes-autochton...
Pour vous inscrire aux ateliers : ATELIERS 1 ET 3 COMPLETS  http://www.inalco.fr/webform/voix-femmes-autochtones

Thème(s) :