Axes de recherche

Trois axes structurent l’activité de recherche de l'IFRAE pour les années 2019-2023 :  
 

Axe 1. Les langues, les sources et leurs enjeux

Thème 1. Comprendre, interpréter, traduire

Thème 2. Les concepts et les mots

Axe 2. Trajectoires et généalogies de l’Asie de l’Est contemporaine

Thème 1. État, forces sociales et mutations économiques

Thème 2. Les enjeux géopolitiques et de sécurité

Thème 3. Normes, valeurs et socialisations

Axe 3. Histoire et sociologie du fait religieux en Asie de l’Est

Thème 1. Appropriations politiques du religieux et appropriations religieuses du politique

Thème 2. Circulations religieuses transnationales

Thème 3. Les usages de l’image, de la littérature et du théâtre dans l’élaboration et la transmission du discours religieux


 

Axe I — Les langues, les sources et leurs enjeux

Responsables : Vincent Durand-Dastès & Estelle Bauer

Traduire et interpréter, comme gestes fondamentaux du partage scientifique, constituent les fondations qui ont permis au mouvement de réflexion critique dominant aujourd’hui le champ de la recherche en SHS de se développer. Si cette circulation des savoirs est désormais un enjeu essentiel dans un monde académique où les frontières nationales et aréales sont de plus en plus obsolètes, force est de reconnaître que, de nos jours encore, cette circulation trop souvent se fait dans la même direction, de l’Occident vers les zones plus périphériques, conformément à une hiérarchie et des rapports de force scientifiques qui ne se modifient que lentement. Faire connaître les corpus est-asiatiques en les rendant disponibles par le biais de traductions raisonnées, mais aussi irriguer le champ du discours critique occidental en présentant et diffusant les modes de réflexion élaborés autour de ces corpus, constituent donc un objectif épistémologique majeur.

Pour atteindre cet objectif, il s’agit, à travers cet axe, de créer un espace de collaboration permettant de raviver la tradition philologique d’excellence, héritière de la grande école orientaliste française, en renforçant sa dimension réflexive, sur toute la sphère concernée dont l’écriture sinisée est l’un des principaux dominateurs communs. L’immensité du corpus qui reste à défricher explique la variété des projets qui portent à la fois sur différentes aires et différentes périodes. L’approche dominante est l’analyse textuelle, mais toujours accompagnée de démarches connexes, comme l’analyse iconographique, l’analyse des concepts, l’analyse des faits linguistiques et plus généralement la réflexion discursive critique. 

Cet axe a aussi pour vocation de constituer une plateforme de rencontre et de réflexion sur l’articulation entre la recherche et l'enseignement, que ce soit dans le cadre du supérieur ou du secondaire.
 

Thème 1. Comprendre, interpréter, traduire

Ce premier thème réunit des chercheurs travaillant sur de grandes œuvres du patrimoine littéraire et artistique est-asiatique.
Chacun des projets décline, sur son corpus spécifique, cette même ambition de mise en circulation de textes, de savoirs, de discours critiques. Cette circulation n’a bien entendu de sens que dans la mesure où la dimension patrimoniale des corpus envisagés s’ouvre sur le monde actuel. Les réflexions engagées dans ce cadre entendent fournir des outils conduisant à réinterpréter les représentations et les discours contemporains ; si le premier domaine concerné est bien entendu celui de la culture, il va de soi que, par ce biais, les aspects sociaux et politiques sont également concernés.

Il se décline en trois projets de recherche : 
1. Poésie et prose : liens, règles, enjeux
  • Nouveaux chants pour les terrasses de jade
  • Genji Monogatari
  • Recueils de Kitahara Hakushū, Murō Saisei et Miyoshi Tatsuji
2. Sources visuelles, sources textuelles : approches interdisciplinaires de l’image
3. De la science à l’histoire : le Yume no shiro de Yamagata Bantō (1748-1821)

 

Thème 2. Les concepts et les mots

Cette deuxième thématique réunit des chercheurs cherchant à croiser approches philosophiques et linguistiques, analyses conceptuelles et analyses lexicales, avec une attention toute particulière portée à la circulation des mots et des notions dans la sphère sinogrammatique (Chine, Corée, Japon et Vietnam) d’une part, aux évolutions et variations d’autre part.
Un premier projet, transversal, s’attaque à la constitution d’une sémantique historique transnationale en Asie orientale ; un deuxième et un troisième, plus localisés, se concentrent sur le développement de la philosophie japonaise moderne d’un côté, sur les mutations de la manifestation de la subjectivité dans la langue japonaise contemporaine de l’autre. 
Les enjeux sont importants puisque ces projets ne visent pas moins qu’à clarifier les concepts, lexiques et énonciations qui structurent en profondeur les discours sur le monde qui se sont tenus et se tiennent aujourd’hui dans cette zone depuis le milieu du 19e siècle, compte-tenu des partages et malentendus entre des pays et des langues appartenant tous à la sphère sinogrammatique.

Il se décline en trois projets de recherche : 
1.  Naissance du lexique moderne : enjeux spécifiques de la sémantique historique en contexte sinogrammatique
2.  Concepts et lexique de la philosophie japonaise moderne
3. Variations linguistiques et manifestations de la subjectivité



Spécialités : littérature, histoire de l’art, histoire des idées, philosophie, didactique, sociologie du langage.

Axe II — Trajectoires et généalogies de l’Asie de l’Est contemporaine

Responsables : Bernard Thomann & Sébastien Colin

L'Asie de l’est est devenue depuis un demi-siècle une des régions les plus dynamiques sur le plan économique. Ce développement s'est accompagné́ de transformations rapides et profondes sur les plans politique, social et environnemental. Une meilleure compréhension de ces trajectoires nationales changeantes et mouvementées passe par une analyse historique (l’héritage) et pluridisciplinaire, accompagnée d'enquêtes de terrain approfondies reposant sur la maîtrise des langues locales. Un travail en commun de chercheurs disposant d'un double ancrage à la fois dans les disciplines (histoire, économie, géographie, sciences politiques, sociologie, anthropologie) et les pays de la zone apparaît de plus en plus nécessaire pour analyser ces transformations profondes. 

Ce regroupement facilite la mise en place de projets comparatifs portant sur plusieurs pays de l'Asie de l’est ou entre l'Asie de l’est et d'autres aires culturelles à l'image de l'ANR actuelle portée par Bernard Thomann (PU, INnalco) sur "Croissance et formes d’emploi : une comparaison eurasiatique de l’incertitude au travail (eurasemploi)", du projet "Cour, amour, mariage" dans les sociétés contemporaines de l'Asie orientale porté par Catherine Capdeville (PU, INnalco) ou du projet sur la "Nouvelle route de la soie" porté par Jean-François Huchet (PU, Inalco).
 

Thème 1. État, forces sociales et mutations économiques en Asie de l’est

L’étude des grands enjeux contemporains auxquels a été confrontée l’Asie orientale, qu’ils soient d’ordre politique, social ou économique passe par une meilleure compréhension des relations entre l’Etat et la société civile. Les différents pays de cette région du monde, la Chine, la Corée, le Japon et le Vietnam, ont connu des évolutions certes diverses, mais souvent comparables et toujours interconnectées, entre eux, mais aussi avec le reste du monde.
De la seconde moitié du dix-neuvième siècle, jusqu’au début du vingt-et-unième siècle, de nouveaux modes de gouvernement des populations furent développés en parallèle de l’apparition de questions sociales liées à l’industrialisation, à l’urbanisation ou aux migrations et ceci dans le cadre de l’éclosion de nouvelles citoyennetés civiles, politiques, sociales et culturelles, selon des modes particulièrement originaux. Ces grands changements étaient profondément liés à la diffusion et au développement de nouveaux systèmes techniques et de nouveaux modes d'organisation économique et sociale transformant le quotidien des populations, modifiant les trajectoires nationales et restructurant les relations internationales. Attentif au croisement et à la combinaison de diverses échelles d’analyse, cet axe de recherche s'intéresse aux dynamiques nationales tout en s'attachant à montrer en quoi et comment elles furent déterminées, d’une part, par la circulation des idées, des biens, des savoirs et des modèles institutionnels, et, d’autre part, par des facteurs économiques et sociaux agissant au niveau de la région dans son ensemble.

Il se décline en trois projets de recherche : 
1. Croissance et formes d’emploi : une comparaison eurasiatique de l’incertitude au travail (eurasemploi)
2. Migrations de l’Asie de l’Est
3.​ L’olympisme en Asie de l’Est, d’hier à demain

 

Thème 2. Les enjeux géopolitiques et de sécurité en Asie

L'émergence économique de la Chine bouleverse les équilibres géopolitiques de l'Asie, notamment ceux issus de la deuxième guerre mondiale. L'Asie Orientale, l'Asie Centrale, l'Asie du Sud-Est, et l'Asie du Sud sont profondément impactés par l'émergence de la Chine. L’axe retient une définition large de la sécurité à savoir la préservation de l’intérêt national face aux dangers militaires, économiques ou financiers, sociaux ou politiques et environnementaux. Parallèlement, aux évolutions les plus récentes, les recherches menées dans cet axe comprennent également une dimension historique importante. Les conflits mémoriels jouent en effet un rôle important en arrière-plan dans les questions de géopolitiques et de sécurité régionale.

Il se décline en trois projets de recherche :
1. "La nouvelle route de la soie" : Pax Sinica en Eurasie ?
2. Politiques des États d’Asie de l’Est dans les mers de Chine : souveraineté, sécurité et coopération
3. Mémoires et violences de masse en Asie

 

Thème 3. Normes, valeurs et socialisations

L’équipe, composée de chercheurs pluridisciplinaires (anthropologie, droit, ethnologie, géographie, histoire, sciences politiques, sociologie) couvrant la Chine, la Corée du Sud, le Japon et le Tibet, se concentrera particulièrement sur des aspects tels que la formation d’une identité commune ou diversifiée selon des critères variés (statut, génération, lieu d’origine), et sur les stratégies de transmission des identités culturelles ou religieuses au sein de ces populations, en particulier à travers l’éducation.

Il se décline en trois projets de recherche :
1. Populations japonaises : défis et opportunités démographiques, sociales, identitaires et normatives dans l’Asie de l’Est
2. Éducation, enfance-s et société en Asie Orientale
3. Cour, Amour, Mariage

 

Axe III — Histoire et sociologie du fait religieux en Asie de l’Est

Respnsables : Ji Zhe & Sébstien Billioud

L’histoire et la sociologie des faits religieux constituent une orientation centrale des recherches effectuées au sein de l’Institut Français de Recherches sur l’Asie de l’Est. Les chercheurs participant aux travaux dans ce domaine sont des historiens (histoire religieuse, sociale, des idées, de l’art) ainsi que des spécialistes des sciences sociales. Ils travaillent sur une diversité de traditions (bouddhisme, confucianisme, taoïsme, sectes syncrétiques, nouveaux mouvements religieux, christianisme, mais également des phénomènes religieux en contexte très ancien et donc plus difficiles à nommer) et d’aires géographiques (Chine, Taiwan, Corée, Japon et circulations transnationales). Trois axes sont privilégiés : (1) les appropriations politiques du religieux et religieuses du politique ; (2) les circulations religieuses transnationales en provenance d’Asie ; (3) l’utilisation de l’image, du la littérature et du théâtre dans l’élaboration et la transmission du discours religieux.


Thème 1. Appropriations politiques du religieux et appropriations religieuses du politique

Tout en tenant un discours apparemment unanime sur la sécularisation (partout affirmée), les pays d’Asie orientale présentent en réalité un ensemble d’expériences originales témoignant de la diversité des modes d’articulations entre religion et politique dans des contextes anciens comme contemporains. Ces expériences, qui doivent être nécessairement comprises dans leur épaisseur historique, seront au cœur des préoccupations des chercheurs de ce premier thème. 


Il se décline en trois projets de recherche : 
1. Les usages politiques du religieux
2. Religions et politique
3. La militarisation du religieux


Thème 2. Circulations religieuses transnationales

L’Asie de l’Est connaît aujourd’hui un remarquable dynamisme religieux qui se traduit par une circulation accrue des acteurs, des croyances et des modalités concrètes de l’activité religieuse. Ces circulations ont une dimension régionale, mais, plus largement encore, mondiale. Cet axe, s’intéresse d’une part aux  nouveaux foyers d’exportation du religieux en Asie de l’Est ; d’autre part à l’importance du religieux dans les phénomènes migratoires

Il se décline en deux projets de recherche : 
1. Les nouveaux foyers d’exportation du religieux en Asie de l’Est
2. Migrations et religions

Thème 3. Les usages de l’image, de la littérature et du théâtre dans l’élaboration et la transmission du discours religieux

Si les traditions religieuses en Asie orientale se sont indéniablement transmises à travers la production et la circulation de textes et des rituels, l’erreur serait grande de négliger le rôle de l’image, du théâtre et du roman comme vecteurs de transmission du discours religieux. Les différents corpus sur lesquels s’appuient les participants à cet axe sont étudiés en tenant compte de leurs évolutions historiques (depuis le 10ème siècle jusqu’à nos jours) et de leurs déclinaisons locales en Asie orientale (Chine, Japon, Corée, Vietnam), en privilégiant deux approches thématiques : la formation des au-delàs comme paysage de l’imaginaire, et l’intentionnalité du discours par l’image. 

Il se décline en deux projets de recherche : 
1. Les au-delà comme paysage de l’imaginaire en Asie orientale
2. L’intentionnalité du discours religieux par l’image : édifier, terrifier, convertir