Séminaire BRICs et économies émergentes – 2022-2023 : face à la fragmentation du monde / Seminar BRICs and emerging economies – 2022-2023: facing the fragmentation of the world

Un agriculteur avec un enfant, une charrette sur une colline verdoyante

L'ARGUMENT DU SEMINAIRE / OUTLINE OF THE SEMINAR

Présentation (en français) : Face à la succession des crises et à la divergence des trajectoires des pays qui le composent, l’ensemble BRICs et les économies émergentes naviguent à vue. Début 2022, alors que le « monde d’avant » entrevoyait la possibilité d’un retour à une forme de normalité – certes plombée par les questions environnementales -, après deux années de pandémie venue de Chine, c’est la Russie qui a joué le rôle de déstabilisateur global en provoquant par son invasion de l’Ukraine la plus forte déflagration militaire en Europe depuis la deuxième guerre mondiale.

Le système international constate à nouveau ses faiblesses institutionnelles face à une crise aussi brutale qu’imprévue. L’onde de choc économique du conflit s’est propagée partout, d’abord par les canaux classiques des marchés financiers, puis par les conséquences régionales et mondiales de la guerre sur les prix et la disponibilité de l’énergie et des céréales. Les répliques économiques de cette guerre continueront de secouer la planète en 2022-2023, même si le conflit prend fin prochainement – éventualité rien moins que certaine.  

Absorbée par ses échéances politiques internes et un ralentissement économique qui se confirme alors que ses propres déséquilibres financiers et immobiliers atteignent des niveaux inédits, la Chine balance entre un soutien diplomatique à la Russie toujours bienvenu lorsqu’il permet de pointer les responsabilités occidentales dans le délitement de la gouvernance mondiale, et la nécessité de limiter les conséquences du conflit sur ses liens économiques avec l’Europe et les Etats-Unis, mais aussi sur son projet phare de Nouvelles route de la Soie.

Ambivalentes, les positions de l’Inde, du Brésil et de l’Afrique du Sud le sont aussi, pour des raisons différentes. Leurs dirigeants souhaitent profiter des opportunités offertes par la recherche tous azimuts de partenariats de la part d’une Russie qui s’est coupée de l’Ouest et marquer leur désapprobation pour une diplomatie occidentale elle-même si souvent contradictoire. Toutefois, la fragilité énergétique et alimentaire de l’Inde lui fait redouter la flambée des prix des matières premières, tandis que le Brésil de Jair Bolsonaro, tout en votant contre la Russie à l’ONU, affiche une neutralité de façade, en partie destinée à préserver son approvisionnement en engrais russes. Le mouvement de fragmentation du monde se poursuit et n’épargne ni les BRICs, ni les économies émergentes.

En ces temps où l’urgence se propage dans de multiples directions – sanitaire, militaire, humanitaire, énergétique, alimentaire, socio-écologique -, le séminaire BRICs n’entend pas abandonner les questionnements structurels et historiques, ni la mobilisation d’approches théoriques inspirées de l’institutionnalisme, qui donnent toute sa place à la réflexion interdisciplinaire. En 2022-2023, les questions portant sur l’environnement, le travail, la société et la démographie continueront de faire l’objet de nos discussions, au travers des thématiques traitées par nos invités. Les terrains sur lesquels porteront ces questionnements ne se limiteront pas aux BRICs stricto sensu. Ils toucheront aux Suds et aux émergents des cinq continents, concernés et parfois percutés par les politiques des pays des BRICs.

Poursuivant une collaboration entamée il y a un an avec le Master Erasmus Mundus EPOG+ (European Policies for the Global Transition, Université Paris Cité), le séminaire BRICs de l’Inalco ouvrira des sessions spéciales partagées avec EPOG+ (appelées BRICs+), en dehors de ses créneaux habituels qui se tiendront deux mercredis par mois, à 18h à la Maison de la Recherche de l’Inalco, au 2, Rue de Lille (Salle Sylvestre de Sacy, 2ème étage) à partir du 5 octobre 2022 à 18h (Séance inaugurale, François Gipouloux).

Présentation (en anglais) : Faced with the succession of crises and the divergence of the trajectories of the countries that make it up, the BRICs group and the emerging economies are navigating in stormy waters. At the beginning of 2022, when the world was foreseeing the possibility of a return to a form of normality – certainly weighed down by environmental issues -, after two years of a pandemic from China, it was Russia that played the role of global destabilizer by provoking by its invasion of Ukraine the strongest military explosion in Europe since the Second World War.

The international system is once again acknowledging its institutional weaknesses in the face of such a brutal crisis. The shock wave of the conflict on the economy spread everywhere, first through the traditional channels of financial markets, then through the regional and global impacts of the war on prices and on the availability of energy and cereals. The economic aftershocks of this war will continue to shake the planet in 2022-2023, even if the conflict ends soon – an eventuality that is far from certain.

Absorbed by its internal political deadlines and an economic slowdown which is confirmed while its own financial and real estate imbalances reach unprecedented levels, China balances between diplomatic support for Russia – which is always welcome when it makes it possible to point out Western responsibilities in the disintegration governance-,  and the need to limit the damages of the conflict on its economic ties with Europe and the United States, but also on its flagship Belt and Road Initiative.

The positions of India, Brazil and South Africa are also ambivalent, for different reasons. Their leaders wish to take advantage of the opportunities offered by the all-out search for partnerships on the part of a Russia which has cut itself off from the West. They are also willing to mark their disapproval of Western diplomacy which is itself so often contradictory. However, India’s energy and food vulnerabilities makes it fear the skyrocketting prices of raw materials. Meanwhile, Jair Bolsonaro’s Brazil, while voting against Russia at the UN, displays a facade of neutrality, partly intended to preserve its supply of Russian fertilizers. The movement of fragmentation of the world continues and spares neither the BRICs nor the emerging economies.

In these times when the emergency is spreading in multiple directions – health, military, humanitarian, energy, food, socio-ecological -, the BRICs seminar does not intend to abandon structural and historical questions, nor the mobilization of theoretical approaches inspired by institutionalism, which gives full place to interdisciplinary reflection. In 2022-2023, issues relating to the environment, labour, society and demography will continue to be the subject of our discussions, through the topics addressed by our guests. The fields on which these questions will relate will not be limited to the BRICs stricto sensu. They will be also devoted to the South and the emerging countries of the five continents, concerned and sometimes impacted by the policies of the BRIC countries.

Continuing a collaboration begun a year ago with the Erasmus Mundus EPOG+ Master (European Policies for the Global Transition, Paris Cité University), Inlaco’s BRICs seminar at will organize special sessions shared with EPOG+ (these sessions will be called BRICs+), outside its usual slots that will be held two Wednesdays a month, at 6 p.m. at the Inalco Maison de la Recherche, 2, Rue de Lille (Salle Sylvestre de Sacy, 3rd floor) starting from October 5, 2022.

LE CALENDRIER DU SEMINAIRE / TIMETABLE OF THE SEMINAR  

- MERCREDI 5 OCTOBRE 2022 - Séance 1
  • François Gipouloux (EHESS) : Commerce, argent, pouvoir. L’impossible avènement d’un capitalisme en Chine, XVI-XIX s

- MERCREDI 19 OCTOBRE 2022 - Séance 2
  • Buna Zolin (Ca Foscari Venice) : Conséquences de la guerre en Ukraine sur les flux agricoles

- MERCREDI 9 NOVEMBRE 2022 - Séance 3
  • Marc Lautier (Université de Rennes) pour présenter l'ouvrage qu'il a co-écrit avec Jean-Raphaël Chaponnière : "Quelles perspectives d’industrialisation tardive pour l’Afrique ?" publié fin octobre chez AFD éditions
  • L'ouvrage sera discuté par Alice Sindzingre (CEPN)

- MERCREDI 23 NOVEMBRE 2022 - Séance 4
  • Manuelle Franck, Elsa Lafaye de Micheaux et alii (Inalco, Univ. Rennes) : Aide et investissements de la Chine en Asie du Sud Est

- MERCREDI 30 NOVEMBRE 2022 - 18h30-20h30 - EPOG + Spéciale 1 [en ligne]
  • Uma Rani  (OIT) : The Role of Digital Platforms in Transforming th World of Work: A Global South Perspective”

- MERCREDI 7 DECEMBRE 2022 - Séance 5
  • Jean-Philippe Eglinger (Inalco) : Le capitalisme vietnamien et la Chine

- MERCREDI 11 JANVIER 2023 - Séance 6 - [En ligne]
  • Fazelina Sahul Hamid (Bristol University) : Structures et évolutions du système monétaire et financier de Malaisie

- MERCREDI 18 JANVIER 2023 - 18h30-20h30 - EPOG + Spéciale 2 [En ligne]
  • Gonzalo Ordonez Matamaros (Universidad El Externado – Colombie) : Gouvernance et diplomatie scientifique : analyse des coopérations Nord-Sud et Sud-Sud en matière de recherche et d’innov

- MERCREDI 25 JANVIER 2023 - Séance 7 - [En ligne]
  • Pierre Salama (Professeur émérite des universités, Université Sorbonne Paris Nord) : Onde progressiste en Amérique latine : Argentine, Brésil Colombie, Mexique, le chemin escarpé des réformes structurelles

- MERCREDI 8 FEVRIER 2023 - Séance 8
  • Nicolas Vol : Transferts des migrants et relations Arménie-Russie et Moldavie-Russie

- MERCREDI 22 FEVRIER 2023 - Séance 9
  • Michelle Vernot Lopez (Universitat de Barcelona) / Aymeric Mariette (EHESS) : Séance doctorants : Sociologie de la répartition genrée du temps en Amérique latine / ZES Chine- Cambodge et Malaisie

- MERCREDI 8 MARS 2023 - Séance 10
  • Min-Hua Chiang (NUS Singapour) : Chinese investment in Singapore since 2000: a macroeconomic and institutionalist analysis set in the longer-term East Asian economic and geopolitical transformation (titre provisoire).

 - MERCREDI 22 MARS 2023 - Séance 11
  • Mariana Pellegrini (Universidad Nacional de General Sarmiento) : Inégalités de genre et qualité de l’emploi en Argentine et Amérique latine (gig economy)

- MERCREDI 5 AVRIL 2023 - Séance 12
  • Jean-Philippe Berrou, Alain Piveteau (U Bordeaux), Thibaud Deguilhem (UP Cité) : La construction des politiques publiques en Afrique et le rôle des coalitions politiques transnationales : Madagascar et Niger

- MERCREDI 19 AVRIL 2023 - Séance 13
  • P. Gollub ? : Chine – Russie ? – à confirmer

- MERCREDI 10 MAI 2023 - Séance 14
  • Robert Boyer (Institut des Amériques), Elsa Lafaye de Micheaux (Univ. Rennes), Eric Magnin (UPCité) : Approche régulationniste et économie politique internationale des investissements chinois en Asie du Sud Est
 

ORGANISATEURS

Julien Vercueil (CREE, Inalco), Thibaud Deguilhem (UdP), Jean-Paul Maréchal (UPSud), Guilhem Fabre (émérite, Université Montpellier), Michel Schiray (émérite, EHESS).

Contact scientifique : julien.vercueil@inalco.fr