Berbère (langues berbères)

Le berbère (tamazight en berbère) couvre une aire géographique immense : Afrique du Nord, Sahara-Sahel ; On peut le considérer comme la langue autochtone du Nord de l’Afrique. Le berbère est l'une des branches de la grande famille linguistique chamito-sémitique (ou afro-asiatique), qui comprend, outre le berbère, le sémitique, le couchitique, l'égyptien (ancien) et, avec un degré de parenté plus éloigné, le groupe "tchadique" (haoussa).

 

Langue partout minoritaire, elle est diversifiée en de nombreuses variétés dialectales dont l’importance démographique va de quelques centaines à plusieurs millions d’individus. Le nombre de berbérophones est difficile à évaluer en l'absence de recensements linguistiques fiables et de la situation sociolinguistique générale très défavorable à la langue berbère. On rencontre les berbérophones principalement au Maroc (40 à 45% de la population) et en Algérie (25 à 30%), au Niger, au Mali et au Burkina-Faso (touareg), en Libye, en Tunisie et aux extrémités du domaine berbère, en Mauritanie et en Egypte. Il convient également de mentionner l’importante population résidant à l’extérieur des régions traditionnellement berbérophones, notamment dans les grandes villes d’Algérie et du Maroc, mais aussi en Europe, surtout en France, où l'immigration berbère est très ancienne et numériquement considérable : les Kabyles à eux seuls y représentent sans doute près d’un million de personnes.

Alors que le touareg bénéficiait depuis les indépendances du statut de « langue nationale » au Niger et Mali, le berbère est longtemps resté sans aucune reconnaissance institutionnelle en Algérie et au Maroc. Le statut du berbère a connu cependant de sensibles améliorations depuis quelques années dans ces deux pays. En Algérie, le berbère est depuis 2002 « langue nationale » et au Maroc, il est « langue officielle » depuis 2011.  Il faudra de nombreuses années pour que les effets de ces évolutions statutaires soient significatifs d’autant que la variation dialectale ainsi que la multiplicité des parlers n’arrange rien.  Dans tout le domaine berbérophone, la majorité des variétés sont en danger dans les pays où cette langue n’est pas reconnue, en Mauritanie, en Tunisie et en Egypte en particulier, mais également en Algérie par exemple où plusieurs parlers sont en voie d’extinction.

Bien que le berbère soit une langue essentiellement de tradition orale, les Berbères possèdent, depuis au moins deux millénaires et demi, leur propre système d'écriture appelé « libyco-berbère » (tifinagh en berbère). Il s'agit d'un système alphabétique (consonantique) aux usages traditionnellement assez restreints (funéraires, symboliques et ludiques). Actuellement, cet alphabet est toujours utilisé par les Touaregs et il a connu, sous des formes adaptées, une certaine extension dans les milieux kabyles et marocains. Depuis le XXe siècle, l'écrit berbère utilise surtout le support de l'alphabet latin (avec diverses adaptations) ou celui de l'alphabet arabe (en particulier au Maroc). A partir de 2003, le Maroc a fait le choix d’un alphabet néo-tifinagh comme système graphique « officiel » pour le berbère.  

Le berbère a été en contact avec de nombreuses langues extérieures depuis la plus haute Antiquité : le punique d'abord, avec Carthage et les autres implantations phéniciennes ; le latin pendant toute la durée de la domination romaine et de la période chrétienne ; l'arabe, depuis la conquête de l'Afrique du nord et l'islamisation des Berbères (début du VIIIe siècle) par les Arabes. Le français, enfin, à travers la colonisation. Mais c'est surtout l'influence de la langue arabe, à l'œuvre depuis 13 siècles, qui est, dans presque tous les dialectes, très sensible, notamment au niveau du lexique.

L'enseignement du berbère à l'Inalco a débuté en 1913. Il associe initiation pratique à différents dialectes et formation théorique en linguistique, littérature et civilisation. Trois variétés sont actuellement enseignées à l’Inalco : le kabyle (taqbaylit, Algérie), le Chleuh (tachelhit, Sud du Maroc) et le touareg (tamacheq, Sahara-Sahel). L’Inalco est le seul établissement en Europe qui propose un cursus complet de berbère, de la licence au doctorat.