Campagne en cours - Ukraine

La Fondation lance une campagne de dons pour permettre l’accueil par l’Inalco d’universitaires ukrainiennes et russes dont la capacité ou la liberté d’accomplir leur mission est entravée en raison de la guerre.
Ukraine : faire un don pour l'accueil d'universitaires en péril à l'Inalco


L'Inalco et sa Fondation font appel à votre mobilisation pour soutenir leur engagement pour la protection des personnes et des savoirs
 

Syrie, Afghanistan… aujourd'hui l'Ukraine. Face aux crises qui se succèdent, une nécessité prévaut : celle de protéger ce qui fait notre humanité, à savoir notre histoire, notre culture et celles et ceux qui les préservent et les transmettent.

L’Inalco, seul établissement français à enseigner l’ukrainien, fort d’une tradition séculaire d’enseignement et de recherche dans les aires culturelles d’Europe centrale et orientale, affirme son engagement dans son registre propre :
 

Notre objectif : accueillir des universitaires, ukrainiennes et russes, dont la capacité ou la liberté d’accomplir leur mission est entravée.

 
Bouton Faire un don
 
Après l’Afghanistan, la Fondation Inalco lance un appel à la solidarité pour permettre d’assurer l’accueil d’urgence de 4 universitaires en danger et de leurs familles.

Très focalisée sur les compétences de l’Inalco, cette campagne se différencie, par son échelle et sa temporalité, de l’extraordinaire élan de solidarité suscité par la crise en Ukraine.

Objectif de collecte : réunir 20 000€ d’ici au 30 juin

(Cet objectif pourra être ajusté, en fonction de circonstances par nature incertaines)

Une fois accueillies (certaines avec leurs familles), ces universitaires pourront poursuivre au sein de l’Inalco leur mission de recherche ou d’enseignement des langues et civilisations de leurs aires culturelles, et continuer à les faire rayonner.
 

Leurs profils

Deux universitaires ukrainiennes sont d’ores et déjà arrivées en France ; il nous sera prochainement possible de communiquer davantage sur leurs profils :
 

Universitaire ukrainienne 1 :

  • Maître de conférences en sociologie à l’université de Kyiv, diplômée de l’université de Cambridge.
  • Ses recherches les plus récentes ont porté sur les conflits et la mémoire des conflits, avec le Donbass comme terrain d’étude plus spécifique.
  • Elle sera accueillie par le CREE pour ses recherches et enseignera dans le département Europe. 

Universitaire ukrainienne 2 :

  • Chercheuse senior à l'Institut d’histoire mondiale de l'Académie Nationale des Sciences d’Ukraine de Kyiv, docteure en science politique.
  • Ses travaux des dernières années portaient sur la politique étrangère de l’Ukraine, en particulier de la politique européenne ainsi que sur les relations bilatérales polono-ukrainiennes.
  • Elle sera accueillie par le CREE pour ses recherches et enseignera dans le département Europe.

Les deux universitaires russes n’ont pas encore rejoint la France. Pour des raisons de sécurité, leurs profils sont ici neutralisés :
 

Universitaire russe 1 :

  • Politiste, maîtresse de conférence dans une université de la Fédération de Russie.
  • Active depuis plusieurs années dans des organisations non-gouvernementales de protection des droits de l’homme et des libertés civiques d’échelle locale ou nationale.
  • Ses travaux universitaires portent pour l’essentiel sur les violences politiques et sur les liens entre traditions et champ politique contemporain.
  • En danger en Russie en raison de ses prises de position publiques contre la guerre en Ukraine.
  • Elle sera accueillie par le CREE pour ses recherches et enseignera dans le département d’études russes et dans un autre département de l’Inalco. 

Universitaire russe 2 :

  • Universitaire russe, spécialiste de l’histoire et de la culture chinoises ancienne et contemporaine.
  • En danger en Russie en raison de ses prises de position publiques contre la guerre en Ukraine.
  • Elle sera accueillie par l’Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est, où elle sera intégrée aux équipes travaillant sur les arts vivants, en particulier sur les théâtres contemporains chinois et taïwanais, et sur la photographie, notamment en Chine et au Japon.

Leurs dossiers font l’objet d’un examen par le programme Pause, porté par le Collège de France.


L’Association des Amis et Anciens Élèves des Langues Orientales (AAEALO) a été fondée en 1927,  a pour but de maintenir entre ses membres des relations amicales, de développer des liens de solidarité et d'aide mutuelle et de favoriser l'essor des études de langues et de civilisations orientales de l’Inalco.
Depuis 2016, et en étroite relation avec l’AAEALO, la plateforme du réseau Inalco Alumni s’est développée pour devenir le lieu virtuel de rencontre des étudiants d’hier et d’aujourd’hui de l’établissement. Elle offre une variété de service liée à l’insertion professionnelle et au networking, tout en conservant et renforçant le lien entre les alumni, les étudiants et l’Inalco via des actualités et événements.


Le Centre de Recherche Europes Eurasie (CREE), laboratoire de recherche de l’Inalco qui se consacre en particulier à l’Europe centrale et orientale y apporte sa pleine caution universitaire. Il s'agit de l’un des rares centres en Europe à croiser, sur une aire aussi large que l’Europe médiane et balkanique, la Russie et l’Asie centrale, des problématiques regardant l’histoire sur le long terme, l’actualité et la prospective, et couvrant des champs disciplinaires distincts mais complémentaires : littérature, arts, langues, histoire, société, géopolitique, économie, droit, environnement.
 
Bouton Faire un don

 

« Le conflit en cours durera. Face à cela, il est important de proposer des solutions pérennes d’accueil des Ukrainiens exilés, comme le font l’Inalco et sa Fondation en direction des universitaires. Outre l’accueil d’urgence, il est essentiel de permettre et promouvoir l’enseignement de l’ukrainien en France ; c’est ce qui permettra aux jeunes générations de maintenir le lien avec leur culture d’origine pour imaginer, un jour, pouvoir rentrer en Ukraine. Beaucoup ont en outre découvert l’histoire et la culture de l’Ukraine lorsque la guerre a éclaté. La poursuite de la recherche sur la culture ukrainienne doit permettre de faire la lumière sur ce pays trop méconnu et d’éclairer les populations ». 

Mme Valéria FAURE-MUNTIAN,
Députée de la Loire, Présidente du groupe d’Amitié France-Ukraine de l’Assemblée Nationale


Votre don 


Votre don à la Fondation Inalco ouvre droit à une réduction fiscale (articles 200, 238 bis et 978 du code général des impôts). 
  • Impôt sur le revenu : à hauteur de 66% du montant du don, à concurrence de 20% du revenu imposable
  • IFI : à hauteur de 75% du montant du don, dans la limite de 50 000€
Vous recevrez à cet effet un reçu fiscal. 

Pour plus d’information, contactez-nous : fondation@inalco.fr