Tibétain

Potala

La langue tibétaine

Le tibétain, enseigné au sein du Département Asie du Sud et Himalaya, appartient au groupe tibétique de la famille des langues tibéto-birmanes. La zone de tibétophonie couvre un territoire d’environ 2,5 millions de km² pour 6 millions de locuteurs : le groupe des langues tibétique est parlé au Tibet et également en Inde, au Népal, au Bhoutan, au Pakistan (avec une petite zone de tibétophonie en Birmanie). Le tibétain se décompose en cinquante langues, elles-mêmes décomposables à leur tour en deux cents dialectes environ, pour la plupart mal connus. Le tibétain enseigné à l’Inalco, comme ailleurs dans le monde, est le tibétain standard, parlé dans la diaspora, qui fait office de lingua franca. Une présentation d’un dialecte tibétain est toutefois proposée à l’Inalco en troisième année. Par ailleurs, un partenariat avec le Bhoutan a été mis en place en 2014.

Malgré son nombre de locuteurs relativement faible, la langue tibétaine connaît un rayonnement bien au-delà de ses frontières depuis la création de son alphabet au VIIsiècle. Elle est en effet la langue sacrée et liturgique dans laquelle ont été rédigés depuis plus de treize siècles, et jusqu’à nos jours encore, des textes rituels, philosophiques, exégétiques, hagiographiques, du bouddhisme dit « tibétain ». Également appelé « bouddhisme vajrayāna », ce courant bouddhique tardif est pratiqué, outre au Tibet proprement dit, au Bhoutan, au Népal, en Inde du nord (Ladakh, Zanskar, Sikkim, Darjeeling), en Mongolie et dans plusieurs républiques de la fédération de Russie (Bouriatie et Kalmoukie, entre autres). Le Tibet a également développé une grande tradition de poésie classique, d’historiographie, de biographie, de médecine, de littérature épique et de théâtre chanté. La littérature contemporaine est également très vivante. En parallèle, sa population essentiellement rurale (agriculteurs et pasteurs-éleveurs) est détentrice d’une littérature orale d’une richesse encore mal connue.

La tragédie qui a frappé le Tibet dans les années 1950, avec l’annexion par la République populaire de Chine, suivie de la Révolution culturelle, a porté un coup sévère au patrimoine littéraire, architectural, médical et artistique tibétain, et provoqué l’exil en 1959 de plusieurs dizaines de milliers de Tibétains en Inde, où se sont installés le gouvernement tibétain en exil et le chef spirituel des Tibétains, le Dalaï-lama. La migration s’est pour certains poursuivie en Occident, où de nombreux centres bouddhistes se sont implantés un peu partout dans le monde occidental et asiatique, jusqu’à devenir le courant bouddhique le plus répandu en Occident. Le développement d’un intérêt fort pour la culture et la langue tibétaines a accompagné cette diaspora et donné au monde tibétain une grande visibilité internationale. La langue et la civilisation tibétaines (principalement le bouddhisme) sont désormais enseignées dans plusieurs dizaines d’universités dans le monde, alors qu’elles sont menacées sur leur territoire même, malgré une résilience culturelle et linguistique remarquable. Enfin, la langue tibétaine a su s’adapter aux technologies de l’information et de la communication, comme en témoignent l’existence d’Unicode tibétain et de très nombreux sites internet en tibétain.


Enseignants de la section de tibétain

  • Françoise Robin ཆོས་ཉིད་དབང་མོ།, professeure des universités, langue et littérature
  • Camille Simon དབྱངས་ལྷ།, doctorante་Paris 3-LACITO), contractuelle.
  • Nyima Dorje ཉི་མ་རྡོ་རྗེ།, répétiteur 

Chargé(e)s de cours

Secrétariat Asie du Sud et Himalaya

Véronique CAMUS, bureau 3.27 A, Pôle des langues et civilisations, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris.
Tél : 01 81 70 11 25.

Formations

Une licence LLCER de tibétain, une licence bilingue et un diplôme d'établissement sont offerts. Voir page "Tibétain" dans l'onglet http://www.inalco.fr/formations/departements-filieres-sections/asie-sud-himalaya/formations

Planning des cours (heures, dates, salles) : http://www.inalco.fr/formations/plannings-examens/emplois-temps 

Pour les personnes qui travaillent, une formation de tibétain en cours du soir à l'Inalco est dispensée par le service de la formation continue. Pour tous renseignements, contactez le service de la formation continue.
Un stage intensif d'été est possible à condition de réunir un minimum de participants. Contactez également la formation continue.

Erasmus

Le tibétain et/ou la civilisation tibétaine sont enseignés dans de nombreuses universités en Europe : Londres (SOAS), Oxford, Naples, Rome, Hambourg, Bonn, Berlin, Prague, Oslo, Copenhague, Vienne, entre autres.

Universités partenaires

L'Inalco a établi un partenariat avec le CLCS (Center for Language and Cultural Studies http://www.ilcs.edu.bt/), à Trongsa, au Bhoutan. Il est possible pour les étudiants d'effectuer un cursus, en tibétain classique, dzongkha, bouddhisme, arts bhoutanais (musique, danse).

Association étudiante

Confluences tibétaines : pour favoriser l’intégration culturelle et sociale des Tibétains récemment arrivés en France, soutenir la culture tibétaine en France et favoriser les échanges linguistiques et culturels entre Français et Tibétains.

Société savante

Les études tibétaines ont une longue histoire en France, l'enseignement du tibétain ayant démarré au milieu du XIXe siècle à l'Ecole des Jeunes des Langues, qui allait devenir les Langues O puis l'Inalco. En 2012, pour fédérer et rendre visible la recherche en tibétologie en France, la SFEMT (Société Française d'Etudes du Monde Tibétain, http://www.sfemt.fr) a été créée. Elle se donne pour mission de présenter les recherches en cours de ses membres, de proposer des conférences et d'organiser un colloque biennal. De nombreux membres de la SFEMT interviennent en licence et diplôme de tibétain (cf. ci-dessus, liste des enseignants contractuels). Chacun, dans son domaine de spécialité, partage ainsi son savoir avec les étudiants de la section Tibet de l'Inalco.

བོད་སྐད། • བོད་ཡིག

Quelques mots en tibétain...

བོད་ནི་འཛམ་གླིང་གི་ཡང་ཐོག རྒྱ་གར་གྱི་བྱང༌། ཨབ་གྷན་གྱི་ཤར། ཧོར་སོག་གི་ལྷོ།  རྒྱ་ནག་གི་ནུབ་ལ་ཡོད། མཐའ་སྐོར་དུ་གངས་རི་ཇོ་མོ་གླང་མ༌སོགས་རི་ཆེན་སྐད་གྲགས་ཅན་དུང་གི་མཆོད་རྟེན་བསྒྲིགས་པ་ལྟ་བུའི་དབུས་སུ། མ་ཕམ་གཡུ་མཚོ་སོགས་མཚོ་དང་རྟ་མཆོག་ཁ་འབབ་སོགས་ཆུ་ཆེན་མང་པོ། དེ་བཞིན་སྤང་ལྗོངས་དང་རི་ལྗོངས་ཧ་ཅང་མཛེས་སྡུག་ལྡན་པ་ཡོད། ད་དུང་འབྲོང༌དང་། དོམ་ཁྲ། ཁྲུང་ཁྲུང་སྐེ་ནག་སོགས་རྩ་ཆེའི་སྲོག་ཆགས་མང་པོ་འཚོ་གནས་བྱེད་ས་ཡིན་ལ། གསེར་དངུལ་ཟངས་ལྕགས་སོགས་གཏེར་ཁ་མང་པོའི་འབྱུང་ཁུངས་ཀྱང་ཡིན། བོད་ཀྱི་ཡུལ་ལ་དབྱེ་ན་དབུས་གཙང་དང་མདོ་སྟོད། མདོ་སྨད་བཅས་ཆོལ་ཁ་གསུམ་ཡོད་ཅིང་། བོད་པ་རྣམས་སྤྱི་ཡོངས་ནས་བཤད་ན། ནང་པའི་ཆོས་ལ་མོས་ཤིང་སྡིག་ལ་འཛེམས་པ། གཤིས་རྒྱུད་དྲང་ལ་རྩེད་འཇོར་དགའ་བ་ཞིག་ཡིན། འཚོ་བའི་རྟེན་གཞི་གཙོ་བོ་ནི། ཞིང་ལས་དང་འབྲོག་ལས་གཉིས་ཡིན། བོད་ཀྱི་སྐད་དང་ཡི་གེ་ནི་འཛམ་གླིང་གི་སྐད་ཡིག་རྙིང་ཤོས་ཤིག་ཡིན་ལ། སྐད་ཡིག་དེའི་ནང་ཧ་ཅང་ཕུན་སུམ་ཚོགས་པའི་རིག་གཞུང་མང་པོ་ཡོད།
ཁྱེད་རང་བོད་ཀྱི་སྐད་ཡིག་དང་རིག་གཞུང་ལ། སློབ་སྦྱོང་གནང་བར་ཕེབས་པར་དགའ་བསུ་ཞུ།
 
Le Tibet, également appelé le Toit du monde, est situé au nord de l'Inde, à l'est de l'Afghanistan, au sud des pays Hor et mongol, et à l'ouest de la Chine. Il est encerclé de montagnes célèbres aux neiges éternelles, telles l'Everest, dont l'agencement évoque des stupas alignés. En son cœur se trouvent des lacs tels le Manasarovar, et de nombreux fleuves y coulent, comme le Brahmapoutre. De plus, le Tibet possède des prairies et des paysages alpins de toute beauté. De nombreux espèces rares y vivent, telles le yak sauvage, le panda, la grue à col noir et d'autres encore. Son sous-sol regorge d'or, d'argent, de cuivre, de minerai de fer et d'autres minerais. Le Tibet est divisé traditionnellement en trois provinces, appelés les « Trois chölkha » : le Tibet central ou Ütsang, le Khams ou Dotö, et l'Amdo ou Domä. Les Tibétains sont pour l'essentiel bouddhistes : ils s'évertuent à ne pas commettre d'actes négatifs et à être honnêtes et, par ailleurs, ils aiment rire et s'amuser. Ils tirent principalement leur subsistance de l'agriculture et du pastoralisme. Le tibétain figure parmi les plus anciens systèmes d'écriture encore utilisés dans le monde et il a permis de consigner par écrit une culture très riche.
Bienvenue à l'Inalco pour y étudier la langue et la civilisation tibétaines.

 
Présentation du Tibet par Chung Tsering, répétiteur de tibétain à l'Inalco, né à Lhasa en 1973.

Région du monde

Région du monde - Asie et Pacifique
Nombre de locuteurs : 6 millions