Lettre de la Fondation # 4, Edito du Président

En cette fin d'année, le Président de la Fondation Inalco dresse une rétrospective des premiers mois d'activité de la Fondation et lance la campagne de collecte de dons de fin d'année
La lettre de la fondation  girouette

Le mot du président de la Fondation

" Cher Amis de l'Inalco et des Langues O',

Alors que la fin de l'année approche, permettez-moi ces quelques mots pour vous exprimer au nom de la Fondation toute notre gratitude pour votre soutien constant et votre présence à nos côtés durant cette année de lancement.

Ces premiers mois auront été l’occasion de nous faire connaître et par là-même d’œuvrer à la notoriété de l’Inalco. L'un des temps forts en aura été l'inauguration de la Fondation, le 16 juin dernier, qui a permis de revivifier la rue de Lille pour un voyage au cœur de l'histoire et des aires géographiques des Langues O'; un voyage que vous avez pu prolonger à travers la parution concomitante du numéro hors-série de Connaissance des Arts dédié à l'Inalco

Les occasions de nous retrouver furent nombreuses, notamment à travers l’instauration de cycles de conférences récurrents qui ont pris corps avec les "Grands témoins", mettant à l'honneur des Alumni qui font la fierté de cet établissement, ou les "Master classes" de la Fondation qui donnent carte blanche à des universitaires renommés. Après Sylvie BermannNicolas de Lacoste, ou encore le Dr. Farhad Daftary, nous aurons la chance et l'honneur de clore l'année avec une conférence Grand témoin de Maurice Gourdault-Montagne, Ambassadeur de France et ancien Secrétaire Général du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères et une Master class de François Héran, Professeur au Collège de France où il occupe la Chaire « Migrations et sociétés ».

A la fin de cette première année d'exercice, ce sont plus d'une vingtaine de projets qui ont pu bénéficier d'un soutien de la Fondation. Un flux qui s’est enclenché plus rapidement que nous n'aurions pu l'espérer et qui est un véritable hommage à la proposition académique de l’Inalco. Il illustre d’ores et déjà l’ensemble des priorités que nous nous sommes assignées : en terme d’enseignement, l’immersion des étudiants et l’hybridation de l’offre pédagogique ; en terme de recherche, le soutien aux études aréales inscrites dans le temps long ; en terme de société, la protection des personnes et des savoirs en dangers ainsi que la contribution de l’Inalco à la société.  

Nous remercions pour cela les partenaires et mécènes de tout premier rang qui nous ont fait confiance dès ces premiers mois : la Fondation ALIPH, la Fondation Calouste Gulbenkian, la Fondation - Institut Alain de Rothschild, la FMSH, le Ministère de l'Europe et des Affaires Etrangères, la Fondation Tzu Chi, l'Ambassade de Thaïlande en France, ainsi que la Ville d'Issy-les-Moulineaux, l'Institut National du Patrimoine, l'Aga Khan Development Network ou encore le Musée National des Arts Asiatiques Guimet.

Deux projets en particulier ont fait l'objet de toute notre attention : la campagne de mobilisation, dès le mois de février, en faveur de l'accueil d'universitaires victimes de la guerre en Ukraine, à laquelle vous avez largement répondu ; trois universitaires ont ainsi pu être accueillies à l'Inalco, certaines avec leurs familles. La création d'une chaire dédiée à l'Afghanistan ensuite, qui a vu les énergies se rassembler à une échelle internationale pour tenter de créer un espace consacré à la recherche et au rayonnement des arts et du patrimoine de ce pays soumis aux convulsions de l'histoire. Après un colloque international co-organisé avec la Délégation Archéologique Française en Afghanistan (DAFA) et le musée Guimet les 18 et 19 novembre derniers, la création de cette chaire fera l'objet d'une communication à l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres ce vendredi 2 décembre.

Enfin, cette année a permis le lancement du programme de bourses d'excellence de la Fondation. Avec pour objectif de favoriser l'immersion des étudiants dans les pays dont ils apprennent la langue, la Fondation a pu octroyer une dizaine de bourses pour le Tadjikistan, l'Inde ou encore la Thaïlande.

En cela nous n’inventons rien. Dès l’Ecole des Jeunes de Langue, précurseur de l’Inalco, au XVIIème siècle, les futurs drogmans se devaient de passer une année entière dans les échelles arabes et une autre dans les échelles turques.

Notre ambition pour les prochaines années est d'opérer une montée en puissance graduelle sur ces bourses d'immersion, pour promouvoir les expériences sur le terrain, renforcer l'attractivité de nos filières et lever les freins au départ pour davantage d'étudiants de l'Inalco.

En tant qu'ancien élève de l'Inalco, vous connaissez certainement tout l'intérêt de ces immersions. C'est pourquoi je me permets en cette fin d'année de faire appel à votre générosité pour nous aider dans cet objectif et soutenir, par un don, cet ambitieux programme de bourses.

Je tiens, enfin, à exprimer mes plus sincères remerciements à nos donateurs individuels pour leur confiance souvent renouvelée, aux équipes de l’Inalco qui ont accompagné notre lancement, aux administrateurs de la Fondation dont l’engagement à titre pro bono est exceptionnel, ainsi qu’à l’équipe de la Fondation pour son travail remarquable au service de l’institut.

Je vous remercie d'avance pour votre générosité et vous prie de croire, chers Amis, en l’assurance de mon sincère dévouement. "

Philippe Advani

Président
 
Mosaique immersion
 
 

La campagne calendaire

L'immersion dans le pays dont on apprend la langue ou la civilisation est une étape fondamentale de l’apprentissage. 
 
C'est pourquoi nous souhaitons que, dans la durée, chaque étudiant de l'Inalco puisse bénéficier d'une opportunité d'immersion au cours de son cursus, quelle que soit sa langue d'apprentissage.
 
C’est grâce à votre soutien que nous y parviendrons.

Vous pouvez faire un don en cliquant ici.




 

Mots-clés :