La recherche sur l’Asie du Sud-Est : une recherche en partenariat

Le département Asie du Sud-Est et Pacifique (ASEP) de l’Inalco regroupe une vingtaine d’enseignants-chercheurs, des répétiteurs de langue et de nombreux intervenants spécialistes de langue, linguistique, littérature et sciences sociales, ce qui en fait le plus important pôle d’enseignement supérieur sur l’Asie du Sud-Est en France. La recherche y est conduite au sein d’équipes de recherche aréales ou disciplinaires et s’inscrit dans le cadre de partenariats avec des établissements parisiens avec lesquels l’Inalco partage la tutelle de plusieurs équipes de recherche.
case illustration
case illustration © CASE‎

L’Asie du Sud-Est, située entre sous-continent indien et Chine et entre Asie et Australie, tient sa spécificité de sa situation de carrefour ouvert sur l’extérieur, à l’origine de sa diversité qui questionne son qualificatif de région. Le terme Asie du Sud-Est est d’ailleurs d’origine exogène. Les découpages occidentaux ont longtemps envisagé cette région en creux par rapport à l’Inde et à la Chine et l’ont intégrée à des ensembles plus vastes, tel l’Extrême-Orient ou l’Asie orientale, ou l’ont divisée en sous-ensembles, selon des critères culturels ou de géographie physique : Asie du Sud-Est continentale (dite péninsule indochinoise) et insulaire (dite Insulinde), comprenant également la péninsule malaise de par son appartenance à un « monde malais » ; Asie du Sud-Est sinisée (Vietnam) et indianisée (le reste de la région)…  C’est à partir de la Seconde Guerre mondiale que le terme Asie du Sud-Est s’impose, repris des archéologues du XIXe siècle par le commandement allié créant le Southeast Asia Command pour repousser les Japonais hors de la région. Son appropriation progresse ensuite par la création de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) en 1967.
 
Historiquement, la recherche sur l’Asie du Sud-Est est associée au passé colonial de la France et a privilégié le terrain indochinois, avec de nombreuses contributions sur l’Indochine et la création d’écoles spécialisées comme l’Ecole Française d’Extrême Orient (EFEO) dont les premiers travaux sont essentiellement consacrés à Angkor. A l’Inalco, le malais est certes une des langues fondatrices de l’Ecole en 1795, du fait de son statut de lingua franca sud-est asiatique[1], mais les autres sections des langues et civilisations sud-est asiatiques ont été créées à partir du dernier tiers du XIXe siècle, à mesure que l’expansion française dans la région se confirmait. La Seconde Guerre mondiale, puis les guerres d’Indochine et la fermeture des frontières par les régimes communistes ou socialistes d’Asie du Sud-Est continentale ont ensuite rendu difficile l’accès au terrain et aux archives locales, ce qui explique la rareté des spécialistes de l’Asie du Sud-Est, confrontés par ailleurs à la difficulté des langues, par rapport à d’autres régions du monde. Comptant relativement peu de spécialistes, la recherche sur l’Asie du Sud-Est fonctionne largement en réseaux nationaux et internationaux et s’appuie sur les forces des organismes, CNRS et IRD.
 
 
Le département Asie du Sud-Est et Pacifique de l’Inalco regroupe une vingtaine d’enseignants-chercheurs titulaires, des répétiteurs de langue et de nombreux intervenants vacataires universitaires spécialistes de langue, linguistique, littérature et sciences sociales, ce qui en fait le plus important pôle d’enseignement supérieur sur l’Asie du Sud-Est en France. Il assure aussi une visibilité à cette aire souvent incluse dans des entités plus larges dans les autres dispositifs universitaires (Asie, Asie orientale ou méridionale). La recherche y est conduite dans le cadre d’équipes de recherche aréales ou disciplinaires et s’inscrit aussi structurellement dans le cadre de partenariats avec des établissements parisiens dont tout ou partie de l’activité est organisée autour des aires culturelles et avec lesquels l’Inalco partage la tutelle de plusieurs équipes de recherche.
 
L’EHESS, l’EFEO et l’EPHE sont les autres écoles et grands établissements parisiens qui consacrent comme l’Inalco tout (EFEO) ou partie (EHESS, EPHE) de leur activité à l’étude des aires, ainsi que le Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po, avec des orientations complémentaires entre eux et avec celles de l’Inalco dont la spécificité repose sur l’enseignement et la recherche sur les langues et la littérature en plus des sciences sociales : à l’EHESS dominent les sciences sociales, particulièrement l’histoire et l’anthropologie ; à l’EPHE la philologie et les sciences des religions ; à l’EFEO, entièrement dédiée à l’Asie, l’épigraphie, l’archéologie et l’histoire ancienne, à Sciences Po les relations internationales, pour n’évoquer que les dominantes de ces établissements s’agissant de l’Asie du Sud-Est.  Les collaborations avec l’université de Paris-Denis-Diderot, aujourd’hui Université de Paris (UP), sont plus récentes et ont longtemps surtout concerné le domaine vietnamien, l’UP comptant une unité de formation et de recherche (UFR) de langues et civilisations de l’Asie orientale spécialisée sur la Chine, le Japon, la Corée et incluant le Vietnam. Au-delà des langues et civilisations, l’UP s’intéresse aussi à l’histoire des mondes et à la question des Suds, avec des approches décentrées proches de celles de l’Inalco. Plusieurs équipes de recherche matérialisent ces partenariats. L’Inalco est cotutelle avec le CNRS et l’EHESS du Centre Asie du Sud-Est (CASE) et du Centre de recherche en linguistique de l’Asie Orientale (CRLAO) qui inclut le Vietnam ; avec l’IRD et l’UP du Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains, asiatiques (CESSMA).
 
 
Le Centre Asie du Sud-Est (CASE), une UMR unique dans le paysage français de la recherche sur l’Asie du Sud-Est
 
Fondé en 2006 par la fusion de deux équipes de périmètre régional et thématique plus restreint, le CASE est la seule équipe de recherche française entièrement dédiée aux recherches sur l’Asie du Sud-Est. Il rassemble une trentaine de chercheurs [CNRS (7 chercheurs), EHESS (1 enseignant-chercheur), EFEO (9 enseignants-chercheurs), Inalco (7 enseignants-chercheurs), Université de Picardie (1 enseignant-chercheur), Université de Rennes (1 enseignant-chercheur), IRSEM (1 chercheur)] relevant de différentes disciplines : histoire, archéologie, philologie, économie, épigraphie, géographie, linguistique, anthropologie, ethnomusicologie et publie deux revues spécialisées, Archipel et Péninsule. Pôle majeur et centre de référence sur l’Asie du Sud-Est, il bénéficie aussi de l’apport de nombreux spécialistes associés à ses travaux. Le Centre a renouvelé ses axes de recherche pour le contrat en cours et regroupe ses travaux en trois axes :
 
« L’Asie du Sud-Est, un espace multicentré », s’intéresse aux constructions des centres dans un réseau de connexions inter-régionales, aux centralités vues des marges avec la question contemporaine de l’intégration régionale, et aux ruptures et recompositions dans le temps.
« Formes d’autorité et sociétés d’Asie du Sud-Est », qui inclut les esthétiques et le religieux dans les sociétés d’Asie du Sud-Est, examine les formes d’autorité et les formations élitaires, ainsi que les idéologies nationales et culturelles sous le prisme de l’autorité, des langues et de l’éducation.
« Matérialités : objets, innovations, consommations, circulations et appropriations » veut appréhender ces matérialités par les pratiques, techniques, savoir-faire et circulations. Cet axe explore les modernités par le biais des modes de vie et des consommations, sans oublier les « objets puissants », images et représentations. 
 
La vie du Centre s’articule autour de ces trois axes de recherches, qui font l’objet de plusieurs programmes pluridisciplinaires sous financements extérieurs. Ces programmes témoignent du dynamisme de l’équipe comme de son souci de couvrir l’ensemble de l’aire sud-est asiatique, en tant que telle et dans ses interactions avec les espaces asiatiques voisins : projet européen EFEO/CASE « CRISEA » (Competiting Regional Integrations in Southeast Asia, 2017–2020) ; ComUE USPC/National University of Singapore/CASE « Governing Southeast Asian Nature » (2018–2020) ; International Research Network/CNRS/CASE « ASEAN-China-Norms » (évolution des normes sociales : l’Asie du Sud-Est sous influence croissante chinoise, 2018–2021) ; ANR CASE/PALOC « POPEI » (Politiques culturelles, patrimoines locaux et approches collaboratives dans l’Est insulindien, 2019–2021), ANR CASE « Chamdoc » (préservation du patrimoine culturel Cham, 2020–2023), ANR « Wildsilk » (soies sauvages, 2020–2023). 
Le CASE assure aussi un séminaire pluridisciplinaire régulier sur l’Asie du Sud-Est, point de rencontre des chercheurs de toutes institutions, et plusieurs séminaires thématiques ou disciplinaires, en lien avec ses axes de recherche.


Manuelle Franck 
Professeure en géographie de l’Asie du Sud-Est
Centre d'études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), UMR 245
Géographie urbaine et régionale de l’Asie du sud-est
Villes secondaires en Indonésie et en Asie du sud-est
Intégration régionale et dynamiques transnationales en Asie du sud-est insulaire
  
_______________________________________
[1] Le malais figure également dans la loi fondatrice de l’Ecole pour accompagner le persan, le même professeur devant assurer l’enseignement des deux langues. Finalement, l’enseignement du malais débutera seulement en 1841 et celui du javanais l’année suivante, tous deux assurés par Edouard Dulaurier, également égyptologue et spécialiste d’arménien (précision apportée par J. Samuel).